Grève à Noël : trois salariés de Citroën face à la justice

social
Grève Citroën trois salariés
©Réunion1ere
Les trois salariés, de l'enseigne Citroën du Port, assignés par CFAO devant la justice, seront fixés sur leur sort en début d'après-midi à 15 heures.
"Ce n'est pas un hasard, si la direction assigne les trois employés, ce lundi,  jour de Noël. Une date si particulière et si symbolique". Bernard Von-Pine, avocat des grévistes de la filiale du Port, conclue sa plaidoirie en soulignant : "la plainte de la direction n'est pas recevable. Dans le privé les grévistes n'ont pas besoin de déposer un préavis pour déclencher une grève".

Les trois salariés, de la marque au chevron , sont accusés par la direction d'entrave à la liberté du travail. Selon, maître Bernard Hoarau :"un constat d'huissier prouve que les trois hommes ont garé leurs véhicules devant l'entrée
et ont cadenassé les grilles de la concession portuaire. Le manque à gagner est important dans cette période de fête
".

Une année agitée

"Faux" rétorque Sébastien Faconnier, délégué CGTR, "Nous devions déménager à Saint-Denis. Le siège devait être fermé. C'est donc un argument qui ne tient pas la route, c'est quand même la direction qui a émis un communiqué pour signaler que nous serions fermé jusqu'au 26 décembre".
L'année 2012 aura été compliquée pour les employés de feu l'entreprise Foucque. Au bord de la faillite, les représentants historiques de la marque Citroën à la Réunion ont du se résoudre à vendre à CFAO. Ce groupe international a repris plusieurs cartes automobiles et regroupé dans des structures uniques ces pôles séparés.
Le président du tribunal des référés, Jean-Michel Bouchon rendra sa décision à 15 heures. Possible qu'il accorde un délai supplémentaire à la défense. Maître Von-Pine a fait valoir qu'il n'avait pas disposé d'un laps de temps suffisant pour parler avec les trois mis en cause.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live