publicité

Un vol démasque les trafiquants d'or

L'affaire du trafic d'or entre Madagascar et Mayotte aurait pu passer inaperçu. C'est le vol de 6 kilos d'or sur un bateau entre Les Comores et Mayotte qui a permis de mettre au jour cette affaire internationale.

Les trafiquants transportaient les lingots d'or dans leurs valises. Ils auraient vendus, au moins, 246 kilos du métal précieux pour 12 millions de dollars. © Andry Rakotondravola
© Andry Rakotondravola Les trafiquants transportaient les lingots d'or dans leurs valises. Ils auraient vendus, au moins, 246 kilos du métal précieux pour 12 millions de dollars.
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Fin janvier, Richad Mohamed-Taky, embarque sur le bateau qui effectue la liaison entre Les Comores et Mayotte avec six kilos d'or dans ses valises. Pendant la traversée, un voleur parvient à lui dérober son trésor. Mais un contrôle douanier contrarie le pirate qui abandonne son magot sur le navire.
Le commerçant Karane, informé de la découverte, se présente aux douanes trois jours plus tard, bien décidé à récupérer son bien. Il a en sa possession une facture du Ghana qui est censée prouver que les six kilos d'or sont à lui. Le problème est que ce document est un faux grossier.

La mule a transporté 246 kilos d'or

L'enquête diligenté par le parquet de Mayotte, avec l'aide des douanes et de la gendarmerie aboutit le 26 février dernier avec l'arrestation du réunionnais Wilson Lauret. La mule voyage avec 66 kilos d'or et présente un document aux douaniers identique à celui de Richad Mohamed-Taky. Placé en garde à vue dans les locaux de la section de recherche de Pamandzi, il finit par reconnaître qu'il a déjà transporté de l'or, à quatre reprises. Le métal précieux est vendu à Dubaï aux Emirats Arabes Unis au profit du commerçant Karane. Au total, il a déjà convoyé 246 kilos pour 12 millions de dollars.

Madagascar au coeur de l'enquête

Wilson Lauret a été mis en examen pour faux et usage de faux. Il a été placé en détention provisoire et ses biens, soit 30 000 Euros en liquide et ses quatre téléphones portables, ont été saisis. Une information judiciaire a été ouverte pour faux, usage de faux et blanchiment d'argent. Le juge d'instruction désormais en charge du dossier a demandé aux gendarmes d'enquêter avec l'aide de leurs collègues de la grande île sur ce trafic d'or d'une simplicité désarmante. 


Les gendarmes de la section de recherche de Mayotte enquête sur ce trafic entre Madagascar et les Emirats Arabe Unis. © Andry Rakotondravola
© Andry Rakotondravola Les gendarmes de la section de recherche de Mayotte enquête sur ce trafic entre Madagascar et les Emirats Arabe Unis.

Ce reportage a été réalisé avec la collaboration d'Andry Rakotondravola de Mayotte 1ère.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play