Mort de Sarah : le chauffeur de bus sera fixé sur son sort le 7 juin

justice
Bus
©Réunion 1ère
Six à huit mois de prison requis contre le chauffeur de bus impliqué dans l’accident mortel de la collégienne du 7 décembre 2011 à Saint-André. Au coeur des débats les infrastructures insuffisantes le long des chemins qui mènent vers le collège du terrain Fayard. 
Le chauffeur de bus est bien seul face au tribunal. L’ex-employé des transports Carpaye, aujourd’hui âgé de 60 ans, comparaît pour avoir mortellement fauché Sarah. C’était le 7 décembre 2011, à l’angle des chemins du Centre et Brunet à Saint-André. Il était 11h30. Elle venait de quitter le collège du terrain Fayard et elle marchait en compagnie de sa cousine le long de la route.
« Le chauffeur ne devrait pas être seul à comparaître devant ce tribunal. L’accident s’est produit à moins de 300 mètres du collège à un endroit où des centaines d’élèves passent tous les jours. D’ailleurs, un an et demi se sont écoulés et rien n’a changé » s’emporte la partie-civile par la voix du bâtonnier Léopoldine Settama.
                
Pas d’imprudence  
 
Le procureur de la République, Valérie Mascarin, rejoint sur bien des points, la défense des intérêts de la famille : «  En effet, l’accusé n'a pas commis de manquement à la prudence caractérisé. Voilà un homme qui a commis une faute ordinaire aux conséquences extraordinaires. Sarah est la seule victime, mais ce 7 décembre les jeunes filles qui étaient à ses côtés auraient également pu être fauchées ». La représentante du parquet conclut en demandant de 6 à 8 mois de prison avec sursis. Pour Maître Vincent Fontaine, en défense : « Son client n’a pas commis d’imprudence. La visibilité est nulle à cet endroit. Il ne roulait pas vite. Il n’y a pas de trottoir, en plus il peut choisir son parcours. Sa seule obligation est de respecter les horaires. C’est dramatique et il paye cet accident au prix fort. Il déprime et n’a plus de travail ». Je demande donc la relaxe. Le jugement sera rendu le 7 juin prochain.   
Les Outre-mer en continu
Accéder au live