Massacre de Saint-Benoît et meurtre de Sainte-Marie : deux crimes pour une conférence de presse du procureur

faits divers
Philippe Muller, Procureur de la République de Saint-Denis
©Réunion 1ère
Deux meurtres à quelques heures d’intervalle ont eu lieu dans l’Est de La Réunion. Le premier crime s’est produit vers minuit, à Sainte-Marie à la Ravine-des-Chèvres, le second qui a défrayé la chronique a eu lieu trois heures plus tard à Saint-Benoît. 
Bourbier-les-Hauts, trois heures du matin, Jean-Charles Artaban entre dans une rage folle. Il décapite son beau-fils âgé de 4 ans avant de le brûler et de jeter le corps de la petite victime dans le chenil situé à l’arrière de la case. Philippe Muller, Procureur de la République de Saint-Denis, lors de son point presse n’a jamais évoqué la folie éventuelle du beau-père. Pourtant, le juge d’instruction en charge de ce dossier qui ressemble étrangement à des affaires dont les auteurs sont toujours en unité spéciale, va s’empresser de soumettre le prévenu à un collège d’experts psychiatres.

Sept coups de couteau
 
Ravine-des-Chèvres, Patrick Kichenin-Moutalou, 37 ans, est retrouvé agonisant dans sa 206. L’homme décède quelques heures plus tard dans le camion des sapeurs-pompiers qui le transportent vers l’hôpital de Bellepierre. Le médecin légiste relève 7 coups de couteau dont un en plein cœur.
Très rapidement les soupçons des gendarmes se portent sur la concubine. Placée en garde à vue, elle reconnaît les faits. Elle l’aurait poignardé après une dispute sur fond d’alcool. 

La conférence de presse de Philippe Muller, Procureur de la République de Saint-Denis.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live