Justice : les organisateurs de lotos quines frauduleux face au tribunal

justice
Correctionnelle : escroquerie fiscale
Six mois avec sursis et la confiscations de leurs biens ce sont les réquisitions du procureur de la République contre un couple de saint-andréens qui organisait des lotos quines; ©Réunion 1ère (A.Garnier)
Le couple de Saint-André qui organisait de lotos quines marron a été lourdement condamné par les juges du tribunal correctionnel de Saint-Denis...10 mois de prison avec sursis, 25 000 d'amendes chacun et restitution des biens saisis.  
Le délibéré a été rendu en début d'après-midi ce vendredi 28 Juin. Le couple de saint-andréens âgé d’une quarantaine d’années et jugés pour avoir organisé pendant deux ans des lotos quines à leur domicile du chemin du Centre a été condamné à 10 mois de prison avec sursis, 50 000 euros d'amende et la restitution des biens saisis.

L’année dernière, les policiers de cette commune de l’Est reçoivent plusieurs plaintes pour ces soirées. Les plaignants les jugent répétées et bruyantes. Les inspecteurs du Gir (groupe d’intervention régional qui réunit des enquêteurs de la gendarmerie de la police et des douanes) sont saisis du dossier et mettent au jour l’organisation de lotos quines frauduleux.
 
40 clients par lotos
 
Grâce à ces lotos quines à répétition, le couple, officiellement aux minimas sociaux, gagnait de 6 à 9000 Euros par mois. En étudiant leurs revenus, les hommes du GIR ont découvert, également, que grâce aux boissons et aux sandwichs vendus à leurs clients, ils ont investi dans des biens qui ont été saisis par la justice.
La quarantaine de joueurs qui se pressaient tous les week-ends pour empocher la cagnotte constituée grâce aux inscriptions est, depuis le milieu de matinée de ce vendredi 28 juin 2013, au cœur des débats du tribunal correctionnel. Pour cette escroquerie fiscale, le procureur de la République avait requis six mois de prison avec sursis, 10 000 euros d'amende pour les deux prévenus et surtout, la confiscation de leurs biens (2 voitures, 1quad et des jeux vidéos). Les juges du tribunal correctionnel sont donc allés au-delà des réquisitions du procureur de la République.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live