réunion
info locale

Sécurité alimentaire : 1200 contrôles et 6 fermetures de restaurants en 2012

société
Sécurité alimentaire
Ces crevettes découvertes dans le congélateur d'un restaurant du département ont été décongelées puis recongelées... Un véritable danger pour le consommateur. ©DAAF
Plus de 3,5 tonnes de nourritures saisies dans les réfrigérateurs et les congélateurs des restaurants en 2012. Des contrôles qui touchent également les cuisines de prisons, des hôpitaux, mais aussi les abattoirs et les importations. 1200 inspections au minimum chaque année.
« Quarante signalements arrivent sur nos bureaux chaque trimestre. Nous nous déplaçons pour effectuer des contrôles. Souvent, les plaignants s’inquiètent de la propreté du restaurant dans lequel ils ont déjeuné, parfois ils ont découvert une mouche ou un cafard dans leur barquette », Aymeric Lecouffe, chef du pôle sécurité et offre alimentaires, avec ses collègues sillonnent le département afin de limiter les risques pour les consommateurs : « Prioritairement nous effectuons des relevés dans les cantines collectives. Notre priorité, c’est la sécurité des enfants et des personnes fragilisées. Nous passons une à deux fois par an dans ces lieux essentiels pour la sécurité sanitaire. D’ailleurs, si il y avait le moindre soucis, les cuisiniers sont tenus de nous fournir un repas témoin qu’ils conservent pendant cinq jours ».
 
Des tartares de thon douteux
 
Les restaurants privés ne sont pas pour autant ignorés. Les services sanitaires par la voix de la préfecture ont prononcé six fermetures ou suspensions d’activité l’année dernière.
« En 2013 comme en 2012, la rupture de la chaine du froid est le problème principal », souligne Aymeric Lecouffe : « Le tartare de thon est un plat populaire mais qui ne souffre pas les écarts de température. La chair de ce poisson contient une molécule qui se transforme en histamine, si la préparation a été effectuée un peu trop tôt. L’histamine provoque des réactions allergiques (palpitation, irruption cutanée, vomissement…). Nous avons déjà eu 6 cas en 2013 et 16 l’an dernier. Nous tentons de changer de mauvaises habitudes. Certains cuisiniers utilisent des sachets et non des sacs de congélation pour conserver des aliments. Ce n’est pas permis, surtout que ce n’est pas du plastique alimentaire. Plus grave, dans certains restaurants nous avons découvert de la nourriture congelée dans des sacs poubelles. Ces plastiques sont traités avec des insecticides pour éviter la prolifération des mouches autour des poubelles.  ».
 
Pas de cheval dans les lasagnes
 
Le travail des inspecteurs de la direction alimentaire de l’agriculture et de la forêt ne se limite pas aux cuisines collectives ou des restaurants. Toute la chaîne est sous haute surveillance. « Nous avons été alerté lors de la découverte de la viande de cheval dans des barquettes en lieu et place de la viande de bœuf, en métropole », confirme Aymeric Lecouffe : « Là, il n’était pas question de produit impropre à la consommation, mais d’un étiquetage incorrect. La Réunion n’a pas été touchée par des livraisons de lots douteux ». Cette alerte a amené les agents de la direction de la sécurité alimentaire à redoubler de vigilance lors de leur passage dans les petites et les grandes surfaces. Des inspecteurs qui travaillent aussi tous les jours dans les abattoirs de porcs, bœufs, volailles et lapins. La diversité des missions des 14 employés du pôle sécurité et offre alimentaires laisse peu de place à l’improvisation. Le calendrier des contrôles pour 2013 est déjà rempli à moins d’une urgence à la suite d’une intoxication alimentaire imprévue. 
Plafond vétuste d'une cuisine
Ce plafond tombe en morceau. cette phtoto provient d'une cuisine d'un restaurant de La Réunion inspecté en 2012 par le pôle sécurité et offre alimentaires. ©DAAF

PDF cantine scolaire.pdf by run1ere


   
 
Publicité