Le "bouf'tang" responsable de l'intoxication d'une dizaine de personnes. Deux d'entre elles sont toujours en réanimation.

santé
20160531 L Calenge
©Réunion 1ère
Deux personnes intoxiquées par l'ingestion de tétrodotoxine sont toujours dans un état grave en réanimation au CHU Félix Guyon. Les autres personnes sont dans un état stationnaire.
Mardi soir, ce sont donc 10 personnes de Grande Fontaine, à Saint-Paul, qui ont été intoxiquées en consommant ce poisson. C'est d'abord la doyenne de la famille qui a été hospitalisée à peine une heure après le repas. La sexagénaire est alors victime de malaises. La rapidité de l'hospitalisation a permis de prendre immédiatement en charge cette femme de 67 ans victime, à l'hôpital, d'un arrêt respiratoire et paralysée des quatre membres. Dans la nuit, elle a été transférée avec une autre personne en réanimation à Bellepierre. Toutes les autres personnes, quatre adultes et quatre enfants âgés de 4 à 13 ans, ayant tous consommé ce poisson ont été également hospitalisées mardi soir. Leur état de santé est stationnaire. 

Le responsable de cette intoxication est un poisson-coffre. Ce tétraodon (ou tétrodon), tout comme le fugu très apprécié au Japon, possède dans son foie, ses intestins et sur sa peau une neurotoxine très puissante contre laquelle il n'existe à ce jour aucun antidote. Très commun également dans les eaux réunionnaises, la dangerosité du poisson est connue des pécheurs, ce qui explique la rareté des intoxications dont l'issue n'est pas forcément mortelle. Au Japon, où le fugu est une spécialité culinaire de renom, on recense ainsi en moyenne 50 cas d'empoisonnement par an avec un taux de mortalité de 61,5%. Exemple d'une intoxication par le poisson-coffre en Guyane.