Charly Lesquelin : " voir les rêves qui nourrissent l'imaginaire"

culture
Charly Lesquelin
Charly Lesquelin dans son atelier de Saint-Pierre ©Erwann Ponnet
Emploi du temps chargé pour l'artiste-peintre Charly Lesquelin. Après une exposition en Thaïlande au mois de juillet, il en prépare trois autres en Chine, à La Réunion et en Inde. Enfin, il propose un stage de peinture le week-end des 28 et 29 septembre prochain.
Dans son atelier en face de la capitainerie du port de plaisance de Saint-Pierre, l'artiste peintre Charly Lesquelin semble comme absorbé par ses toiles. Des grands formats de 2 mètres par 2 mètres représentent la femme, le plus souvent nue, avec une palette de couleurs chatoyantes qui sont une des caractéristiques de son talent.

C'est une prochaine exposition chez le sculpteur
Gilbert Clain à partir du 17 octobre prochain qui lui impose un travail soutenu. Car le même jour, il partira pour une exposition en Inde avec deux autres plasticiens, André Béton et Kako, dans un groupe mené par son ami mauricien Saïd Hossanee[1]. Et c'est une aventure qu'il attend avec beaucoup d'impatience afin de "voir en vrai les rêves qui nourrissent [son] imaginaire". Il veut voir les hommes, les femmes et les enfants dans leur vie de tous les jours. Il tient aussi à ramener des pigments naturels des mille et une couleurs du sous-continent, et essayer d'en avoir une autre perception qui complétera sa palette déjà très riche.
 
Mais avant de partir dans le pays de ses rêves, l'artiste réunionnais prendra la tête d'une délégation de 6 autres artistes[2] de l'île pour une exposition[3] en Chine, à Hangzhou plus précisément. Ce sera la 6ème fois qu'il se rendra dans l'Empire du milieu, et la deuxième fois en tant que conservateur pour le choix des artistes invités.

Grâce à cette présence, l'art pictural et sculptural réunionnais commence à être reconnu à sa juste valeur.
Ces échanges avec l'Asie ont également influé son travail depuis deux ans. L'encre, de Chine bien évidemment, parcoure ses toiles de délicats motifs subtiles, liés le plus souvent à la nature, aux arbres. En réponse à cette poésie, l'urbanisation avec ses tours d'immeubles, ses usines polluantes se dressent et s'immiscent dans les paysages romantiques chers à Charly Lesquelin. Et au milieu, encore et toujours l'Homme.

Stage de peinture à Grand Coude

Parallèlement, l'artiste remet le dessin, sa première passion, au cœur de son univers. Il appréhende mieux la gestion des vides et des pleins dans une composition de plus en plus réfléchie. En contrepartie, le couteau et les collages qui ont fait son succès il y a encore peu sont délaissés, pour un temps seulement.
Car dès le week-end des 28 et 29 septembre prochain, il animera un cours[4] d'acrylique et d'huile ouvert à ceux qui veulent perfectionner leur art, chez son ami Jean-Jules Morel, au gîte du Malmany à Grand Coude. Histoire de ne pas trop se faire engloutir par ses toiles et de partager un moment avec d'autres passionnés.
 
 
[1] Birla fine art & culture Academy - Kolkotta (Calcutta) - Avec le Kolart Group de Saïd Hossanee
[2] Artistes invités cette année : Micka Boyer, Richard Riani, Richard Vildeman,  David Saminadin, Dominique Dorla, Joëlle Lauret
[3] Asian & African International Modern Art Exhibition
[4] Pour plus de renseignements, contactez Patricia ou Laurent au 0692 48 07 50

Les Outre-mer en continu
Accéder au live