Toussaint : des centaines d’anonymes, un poète et un pirate unis au cimetière marin de Saint-Paul

religion
cimetière Toussaint
La Toussaint C'est l'occasion d'honorer les proches et les inconnus. Un moment de recueillement, une pensée pour ceux qui sont enterrés loin de La Réunion. ©Fabrice Floch (Réunion 1ère)
C’est la cohue aux abords des cimetières. La Toussaint c’est l’occasion pour les fleuristes de faire des affaires et pour les familles de fleurir les tombes. Au cimetière marin de Saint-Paul ou célébrités et inconnus reposent ensembles la tradition a été respectée.
Le 1er novembre, fête de la Toussaint, comme son nom l’indique, est l’occasion de se souvenir des défunts connus et inconnus. En ce jour férié, les réunionnais sont fidèles à la tradition et se rendent aux cimetières pour fleurir les tombes. Une commémoration qui se transforme souvent en tour des 24 communes pour beaucoup de familles.
En cette année 2013, 350ème anniversaire du peuplement de l’île, le cimetière marin de Saint-Paul devient le symbole de La Réunion.
 
Un premier cimetière découvert
 
Situé entre la grotte des premiers français et la baie du meilleur ancrage, ce lieu déjà historique a pris une nouvelle dimension lors du passage de Gamède en 2007. Là où était installé le parking du cimetière, sont apparus des ossements humains. Après avoir protégé les sépultures de l’érosion, des fouilles archéologiques ont pu être effectuées un an plus tard. Les spécialistes envisagent la découverte d’un premier lieu d’enfouissement des morts. Les squelettes étant disposés de manières organisés. En revanche, ils ne sont pas parvenus à dater la « création » de ce premier cimetière, ni à déterminer qui sont les personnes enterrées là.
 
Un poète académicien
 
Ce cimetière est un lieu de recueillement, mais également un lieu touristique. Installé à la sortie de la ville, le long de l’ancienne route Nationale et juste avant le cap dit de la Marianne, il protège le repos d’inconnus, d’anonymes et de célébrités.
Leurs tombes sont fleuries sans distinction.
Charles-Marie-René Lecomte-de-Lisle repose, ici, depuis 1894.Le successeur de Victor Hugo à l’académie française, chevalier de la légion d’honneur, poète romantique a encore des admirateurs. Régulièrement, des touristes s’arrêtent devant sa sépulture un poème à la main. Il était, avec d’autres artistes le créateur du concept de la vie de bohème.
 
La tête de mort pour emblème
 
A l’entrée nord se cache, la tombe du célèbre pirate Olivier Levasseur, dit La Buse. Il écuma l’océan Indien au 18ème siècle. Son nom devint légendaire quand en 1721 au large de Saint-Denis, il s’empara avec un certain Taylor de la Vierge-du-Cap, riche navire portugais, chargée de transporter le vice-roi des Indes et l’archevêque de Goa. Cette prise signa son arrêt de mort. Il refusa de restituer son butin contre la clémence du roi de France. Arrêté en 1729, il fut exécuté le 7 juillet 1730 en criant avant de monter sur l’échafaud : « mes trésors à qui saura comprendre ! ».
Depuis à La Réunion, des chasseurs de trésors creusent, fouillent, se documentent et plongent en vain.
Cependant, en ce 1er novembre, même la tombe de ce terrible pirate a été fleurie à deux reprises. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live