réunion
info locale

Orléans : Loïc Louise se battait avec ses cousins, lors de l’intervention des gendarmes

faits divers
La Ferté-Saint-Aubin
La gendarmerie comme la police française sont équipés de "Taser x26". ©Réunion 1ère
Loïc Louise, 21 ans, originaire de Saint-Benoît, détenteur d’un BTS, poursuivait ses études à Orléans depuis 2 ans. Sa fin tragique, après une bagarre avec ses cousins qui a nécessité l’intervention de la gendarmerie et l’utilisation d’un " Taser ", reste incompréhensible. 
Le Réunionnais de 21 ans, Loïc Louise, décédé à l’hôpital d’Orléans après un choc électrique suite à l’intervention au " Taser " des gendarmes se battait dans la rue avec ses cousins.
Installé depuis deux ans dans un petit studio de la préfecture du Loiret, le jeune homme, originaire de Bourbier-les-Hauts à Saint-Benoît était venu, ce samedi soir à la Ferté-Saint-Aubin une petite ville située juste à côté pour fêter l’anniversaire de sa cousine.
D’ordinaire calme et posé, le bénédictin était agité et même agressif. Interrogée par nos confrères du Quotidien, la jeune femme déclare : " On ne comprend rien. Ce soir là, il n’avait pas son comportement habituel. Il n’était plus la personne que je connaissais jusqu’à présent ".
 
Le gendarme hors de cause
 
L’autopsie est donc très attendue par les gendarmes de la section de recherche en charge de l’enquête. Ils veulent savoir, si une consommation excessive d’alcool, voire de substances prohibées pourraient expliquer ce changement brutal d’attitude, chez Loïc Louise. Un changement qui est à l’origine de la rixe et donc de l’intervention musclée du peloton PSIG (peloton d’intervention et de secours de la gendarmerie).  Le gendarme de cette unité, qui a utilisé le " Taser ", avait suivi une formation. Selon le procureur de la République : " les premières constatations  judiciaire et l’audition du mis en cause.  Le gendarme a respecté la procédure. Aucune faute n’a été retenue contre lui ".
Les proches de la victime se sont envolés, lundi en fin de journée pour Orléans afin de faire leur deuil et tenter de comprendre comment un tel drame a pu se produire.

Reportage France 3 : Fanny Bouteiller - Pierre-Dominique Lepais