réunion
info locale

La Saline-les-Hauts : le casque bleu massacré à coups de binette

faits divers
Meurtre de Jean-David Tiburce
Jean-David Tiburce, 43 ans, a été retrouvé mort dans le caniveau de la route Hubert-Delisle au lieu dit Ravine-Daniel. Son corps gisait à l'endroit indiqué par la trace de peinture orange laissée par les gerndarmes. ©Réunion 1ère
L’autopsie du corps de Jean-David Tiburce doit avoir lieu dans la journée. L’ancien militaire, âgé de 43 ans, a été passé à tabac par des jeunes de la Saline-les-Hauts, samedi soir vers 23 heures. Trois suspects, un mineur et deux jeunes majeurs de 18 et 19 ans sont en garde à vue.
Les conclusions du médecin légiste sont très attendues par les gendarmes de Saint-Paul en charge de l’enquête sur le meurtre de Jean-David Tiburce. L’homme de 43 ans, ancien militaire de carrière revenu à La Réunion depuis 4 ans, a été assassiné dans la nuit de samedi à dimanche par trois jeunes de son quartier suite à un râlé-poussé devant une pizzeria du secteur.
Les trois suspects, un mineur et deux jeunes majeurs de 18 et 19 ans, ont été interpellés au saut du lit par les militaires de la gendarmerie. Les trois hommes étaient encore alcoolisés au moment de leur interpellation. Les enquêteurs les ont placés en cellule de dégrisement avant d’entamer les auditions.
 
Père de trois enfants
Selon les rares témoins sur place à l’heure du drame, la victime avait passé une partie de la soirée à consommer de l’alcool. Vers 23 heures, le chauffeur de Kar’Ouest croise la route de ses trois bourreaux. Pour une raison, encore inconnue, le ton monte. Rapidement, le trio prend le dessus et poursuit sa future victime. Une chasse qui prend fin quand, touché à la tempe par un coup de « gratte » (binette en créole), Jean-David Tiburce s’effondre dans le caniveau qui borde le chemin Hubert-Delisle au lieu dit Ravine-Daniel.
La victime, retraitée du 516 ème régiment du train à Toul, était l'aîné d’une fratrie de cinq enfants. Il était lui, père de trois marmailles, l’un des motifs de son retour dans les hauts de Saint-Paul.
Thierry Chenayer et Thierry Chapuis

 

Publicité