La ministre de la santé en visite pour lancer la construction du pôle sanitaire Ouest

santé
Le futur hôpital de l'ouest
Le pôle sanitaire ouest sera installé à Cambaie ©ARS
L’hôpital Gabriel-Martin va prendre un coup de vieux, ce jeudi 6 février, avec la pose de la première pierre du pôle sanitaire Ouest. Marisol Tourraine, ministre de la santé, sera présente et lancera officiellement cette construction qui devrait être terminée en 2018.
La construction du pôle sanitaire ouest sera officiellement lancée ce 6 février 2014 avec la pose de la première pierre. Un acte symbolique confié à Marisol Tourraine, ministre de la santé, qui vient sceller la naissance de ce projet.
Les maires de Saint-Paul et désormais, la députée-maire se battent pour la création d’un nouveau centre-hospitalier depuis vingt ans. Gabriel-Martin a vécu. Il est sous dimensionné, les ajouts de bâtiments, les travaux incessants ne permettent plus d’envisager son extension.
 
140 millions d’Euros
 
Huguette Bello député-maire et présidente du conseil de surveillance du CHGM demande depuis son arrivée à la tête de la commune la création de ce pôle sanitaire. Son vœu sera exhaussé en 2018 grâce à 140 millions d’Euros d’investissements. L’agence de santé de l’océan Indien, partenaire de cette initiative, a souhaité l’installation de ce nouvel hôpital à côté de l’EPSMR (établissement public de santé mental de La Réunion). Les deux structures hospitalières devraient être basées à Cambaie pour travailler ensemble.
 
Un centre hospitalier pour l’Ouest
 
La naissance de cette structure vise à rééquilibrer les moyens médicaux entre le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest. L’hôpital Gabriel-Martin reçoit le plus grand nombre d’urgences, mais reste cependant le parent pauvre au moment de la répartition des moyens hospitaliers. Cette visite ministérielle permet d’officialiser la construction de ce pôle de santé saint-paulois et de concrétiser une promesse de campagne présidentielle : l’organisation des moyens pour un égal accès aux soins pour les patients.


réaction de la CFDT-Santé
Les sections CFDT Santé EPSMR et CFDT CHGM tiennent à interpeller Madame la Ministre pour :


QUE LA MISE EN ŒUVRE DU PÔLE SANITAIRE OUEST (PSO) répondant  à un besoin de soins sur ce territoire Ouest, symbolise bien un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS), outil privilégié d’une coopération et non d’une fusion afin que les spécificités de la psychiatrie soient sauvegardées et défendues dans ce GCS. Qu’il soit aussi  ce dispositif structurant, favorable à une optimisation l’offre de soins, tout en contribuant à la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients.
La gouvernance du projet PSO :
Pour rappel, le directeur du projet PSO, jusqu’en décembre 2013 était M. Patrick GRAS, M. Patrick GRAS a quitté le département pour un poste en métropole. Le poste de directeur du projet PSO est donc à pourvoir.
Aujourd’hui ce poste fait l’objet de toutes les convoitises, les tractations vont bon train, les rumeurs aussi…. La politique s’en mêle….
Pour notre part et dans l’état  actuel de déliquescence des directions des 2 établissements (EPSMR et CHGM), nommer un directeur ou un directeur adjoint issue d’un des établissements (EPSMR ou CHGM) plomberait d’office ce projet, car ils sont tous en conflit les uns contre les autres.
Nous avons fait savoir à l’ARS en décembre 2013, qu’il faudrait du « sang neuf » pour impulser une nouvelle dynamique et une feuille de route claire : faire sortir de terre un hôpital neuf, pour la population  et les agents.

La CFDT EPSMR et CHGM demandent à la Ministre que l’entité de la psychiatrie et le financement actuel dans son enveloppe globale (et non en T2A) soient garantis et confirmés.
 

RECONNAISSANCE DU PERSONNEL SOCIO-EDUCATIF DANS LA FPH.

La CFDT dénonce le très grand retard de publication des textes qui ressemble à du mépris vis-à-vis que la fonction publique hospitalière (FPH).
Pas à la revalorisation méritée (3 ans d’études après le Bac).
La CFDT exige que les travailleurs sociaux de la FPH puissent bénéficier des améliorations salariales du BNES qui étaient prévues depuis l’année 2013 et aujourd’hui on nous parle du 1er février, hélas RIEN.  Mais surtout un reclassement en catégorie A (LMD) par la suite.
La CFDT en appelle à la Ministre pour que soit régularisée au plus vite une situation que rien ne saurait justifier dans la fonction publique hospitalière !

Willy GOVINDAMA                                                     
Secrétaire de la CFDT