réunion
info locale

Saint-Denis : une piétonne fauchée au Chaudron, un sexagénaire prisonnier des flammes

faits divers
Piétonne renversée Chaudron
©Thierry Chapuis (Réunion 1ère)
Une piétonne de 28 ans a été mortellement fauchée vendredi soir au Chaudron. Le conducteur à l’origine de cette tragédie a tenté de prendre la fuite.
Un bazardier de 60 ans a été grièvement brûlé à Sainte-Clotilde, dimanche matin, en se préparant à manger.
Il est 20h30, la nuit enveloppe le chef-lieu. Une dionysienne de 28 ans s’engage sur le passage piéton situé au niveau du garage Peugeot au Chaudron. Une 206 rouge, qui circule à vive allure en direction du front de mer, percute la jeune femme violemment et continue sa course. Un scootériste prend en chasse le fuyard qui se gare, une centaine de mètres plus bas, au niveau du rond point Cadjee. Invité à revenir sur les lieux du drame par le pilote du deux roues et un vigile, le jeune chauffard est interpellé par les policiers du chef-lieu, alors que les secours s’affairent autour de la victime. Évacuée dans un état très préoccupant, Aurélie C., 28 ans, décède le lendemain des suites de ses blessures. 
Le conducteur de la 206 a été remis en liberté. Il sera jugé dans quelques semaines par le tribunal correctionnel de Saint-Denis. 
 
Brûlé vif 
 
Antoine, 60 ans, bazardier au Chaudron, vit seul dans son petit appartement du rez-de-chaussée de la cité Eudoxie-Nonge à Sainte-Clotilde. Dans la nuit de samedi à dimanche, un peu après minuit et demi, ses voisins l’entendent appeler au secours. Alertés par les cris d’effrois du locataire, ils se ruent vers son domicile et constatent qu’il est prisonnier des flammes. L’un, d’eux, tente d’intervenir en attendant le secours, mais la violence de l’incendie l’empêche de venir en aide au sexagénaire.
Les sapeurs-pompiers du chef-lieu parviennent à extraire Antoine du brasier, mais la victime souffre de brûlures profondes sur une grande partie du corps. Admis en urgence dans le service des grands brûlés de Bellepierre, le bazardier est toujours entre la vie et la mort. Une enquête de police a été ouverte. La thèse accidentelle est privilégiée.
CHAPUIS

 

 
Publicité