publicité

Jacques Servier est décédé, mais l’affaire du Médiator continue

Les procès du Médiator devraient débuter en 2015. La mort de Jacques Servier à 93 ans, patron du laboratoire qui fabriquait ce médicament, ne stoppe pas les poursuites. L’entreprise et d’autres dirigeants du groupe devront répondre devant la justice.

© D.R
© D.R
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
L’un des principaux accusés de l’affaire du Médiator vient de disparaître. Jacques Servier, 93 ans, est décédé à son domicile de Neuilly dans les Hauts-de-Seine. Le fondateur de l’entreprise portant son nom était l’un des principaux prévenus, mais pas l’unique, dans l’affaire dite du Médiator. Médicament coupe faim, destiné aux diabétiques en surpoids et qui était aussi utilisé pour maigrir par de nombreuses personnes désireuses de s'affiner. Malheureusement, nombres d’usagers de ce médicament ont été atteints de lésions cardiaques. On estime que le benfluorex (molécule mise en cause) serait responsable, à plus ou moins long terme, de 2 100 décès.

Un procès en 2015
 

Ce scandale sanitaire a débuté à La Réunion où plusieurs victimes de ce traitement ont porté plainte contre le laboratoire Servier. Les premiers rendez-vous judiciaires, qui ont eu lieu au tribunal de Champ-Fleuri, étaient destinés à déterminer si les plaignants souffraient de pathologies liées à la prise de Médiator.
Dans le même temps, deux enquêtes ont été diligentées au plan national : la première pour tromperie, escroquerie et trafic d’influence, la seconde pour homicides et blessures involontaires.
L’affaire qui a éclaté en 2008 avec pour conséquence le retrait du marché en 2009 du Médiator devrait trouver son épilogue en 2015. La disparition de Jacques Servier ne met pas fin à l’action publique.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play