réunion
info locale

Assises : un infanticide et une tentative de meurtre devraient être jugés malgré la grève des avocats

justice
Assises
©Réunion 1ère
Deux affaires de cette session d’assises de ce mois de Septembre 2014 vont être jugées. En 2012, Raoul Ferrère aurait tué son fils dans accès de démence, la même année Jimmy Clain survit à plusieurs coups de sabre et de barre à mine. L’auteur serait Johny Moler, un marginal.
Les jurés de cette session d’assises du mois de Septembre 2014 n’avaient pas eu à se prononcer depuis le début. Les avocats de La Réunion se sont associés au mouvement de grève national. Les premiers dossiers ont été renvoyés. L’un des accusés a même été remis en liberté en attendant son jugement..
Le mouvement va être suspendu trois jours cette semaine pour les procès d’un meurtrier présumé et d’un SDF suspecté d’une tentative de meurtre.
 
Il tire sur son fils
 
Le 1er Novembre 2012, un coup de feu vient troubler la quiétude des Avirons. Olivier Ferrère, 24 ans, s’écroule mortellement touché dans le dos. L’auteur du tir est son propre père. Le sexagénaire affirme avoir agi alors qu’il n’était pas dans son état normal.
La défense parviendra-t-elle à faire entendre cette version des faits ?
C’est toute la question que vont devoir trancher les jurés. Deux jours sont consacrés à cette affaire. Raoul Ferrère, 62 ans, encourt 30  ans de réclusion criminelle.
 
L’alcool mauvais
 
Deux mois plus tôt, Jimmy Clain, 33 ans,  est récupéré dans un état grave sur un chemin de Saint-Joseph.
Il présente de nombreuses blessures dont des entailles profondes au niveau du cou.
Quelques jours après son hospitalisation, la victime désigne Johny Moler. Ce marginal du Sud de l’île est connu pour être violent quand il est ivre. Le 9 Septembre 2012, il a frappé  Jimmy Clain avec un sabre, une barre à mine, à coups de pieds et à coups de poings, le laissant inanimé sur le sol.
Même si l’alcool a altéré ses souvenirs, le meurtrier présumé a reconnu les faits, pensant même avoir tué son « adversaire ». Il encourt également 30  ans de réclusion criminelle.
Publicité