publicité

La construction de la nouvelle route du littoral menace le récif de La Possession

La Nouvelle Route du Littoral ne fait pas l’unanimité. Les associations ATR et Surfrider’s Foundation ont plongé sur le récif des Lataniers à La Possession. Les photos inquiètent…

© ATR et Surfrider's Foundation
© ATR et Surfrider's Foundation
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
La future route du littoral reliera l’Ouest au Nord de l’île en passant au dessus de l’océan Indien. Ce tracé a pour but d’éloigner les milliers d’automobilistes de la falaise qui surplombe l’actuelle quatre-voies. D’importants éboulis se produisent régulièrement, malgré les filets de protection et les inspections quotidiennes des services de la direction régionale des routes.
 
Ce chantier pharaonique, censé sécuriser le cordon ombilical du département, divise. Au-delà des camps politiques, deux visions s’opposent. Les transports collectifs contre la voiture individuelle.
L’association Alternative-Transports-Réunion a monté un site Internet pour dénoncer la construction de la NRL et demande la mise en place d’un véritable transport en commun passant par un tunnel reliant La Possession à Saint-Denis.
© ATR et Surfrider's Foundation
© ATR et Surfrider's Foundation
15 recours devant la justice
 
ATR a déposé 7 recours devant les tribunaux. Au total, la justice doit encore se prononcer sur 15 demandent d’annulation du chantier.
L’un des principaux griefs soulevé est l’atteinte à l’environnement. Les membres d’Alternatives-Transports-Réunion et la Surfrider’s Foundation ont effectué plusieurs plongées sous-marines à proximité du chantier.
 
Les photos convaincront-elles, les juges ? La question reste en suspend en attendant la réponse des magistrats.
Sur les clichés, on peut voir des tétrapodes très proches de patates de corail en formation, des coraux mous recouverts de sédiments et des patates arrachées au récif.
Reste à déterminer, s’il s’agit des effets directs du chantier comme l’affirme ATR ou si les dégâts sont consécutifs aux épisodes de fortes houles lors des passages de Chedza et Bansi (Ndlr : deux dépressions).
 
Les opposants ont en revanche beau jeu de souligner l’inefficacité des bâches sous-marines censées protéger le récif des matières en suspensions générées par les travaux.
© ATR et Surfrider's Foundation
© ATR et Surfrider's Foundation
Les bâches protectrices très abîmées
 
Selon les rédacteurs : « Les bâches sont, pour la plupart, décrochées de leur arrimage et reposent sur le fond sablonneux aux abords du récif, par 10 m environ.
Les bâches censées constituer un ouvrage de "protection", pourraient se transformer en ouvrage de "destruction" si, abandonnées à leur sort comme actuellement, elles étaient poussées par les courants et par la houle vers le récif des Lataniers situé à moins de 30m. De plus, la communauté scientifique qui avait déjà alerté que ce système serait inopérant et potentiellement dangereux, rappelait aussi que les mesures de réduction ont un coût, et que vouloir à tout prix mettre en œuvre des ouvrages de protection ineffectifs revient à jeter directement des dizaines de milliers d'Euros à la mer ».
 
En attendant la décision judiciaire, chacun peut se faire son opinion en surfant sur le web entre les sites des opposants au projet et celui de la région qui met en avant la sauvegarde de la nature… Une préservation qui alourdit la note de la NRL de 80 millions d’Euros.
© ATR et Surfrider's Foundation
© ATR et Surfrider's Foundation

 

© ATR et Surfrider's Foundation
© ATR et Surfrider's Foundation

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play