Manuel Valls : "Même les territoires ultramarins sont concernés par ces phénomènes de radicalisation"

société
Manuel Valls
Manuel Valls lors de son discours de politique générale, mardi 16 septembre, 2014. (ERIC FEFERBERG / AFP)
Le jour où 5 personnes étaient interpellées à Saint-Denis, le Premier ministre livrait des chiffres sur le djihadisme en France devant les sénateurs qui examinent le projet de loi sur le renseignement. Manuel Valls a affirmé que 110 jihadistes français ont été tués en Syrie et en Irak. 
Cent dix personnes parties de France ont été tuées en Irak ou en Syrie, dont neuf sont mortes dans des actions-suicides en Irak. Le Premier ministre Manuel Valls a livré ces chiffres, mardi 2 juin, devant les sénateurs, qui s'apprêtaient à examiner le projet de loi sur le renseignement.

Un chiffre qui a "plus que doublé en un an"

"Plus de 860 individus ont séjourné dans ces pays. Et 471 y sont actuellement, 110 y sont recensés comme morts. C'est dix de plus qu'il y a deux mois à peine, lorsque je présentais ce texte devant l'Assemblée nationale", a précisé Manuel Valls. Deux attentats-suicides en Irak commis par le groupe Etat islamique, la semaine dernière, ont été revendiqués par "deux de nos jeunes compatriotes, cela porte à neuf le nombre d'individus partis de France et décédés dans des actions-suicides", a-t-il ajouté.
##fr3r_https_disabled##

Le nombre des Français ou "personnes résidant en France" impliquées "dans le jihad en Syrie ou en Irak" est actuellement de 1 730, selon le Premier ministre . Ce chiffre "a plus que doublé en un an", a-t-il souligné. "Même les territoires ultramarins sont concernés par ces phénomènes de radicalisation" .a