réunion
info locale

Coup de filet anti djihadistes : quel bilan ?

faits divers
Djihadiste présumé devant juge
L'un des jumeaux de la filière interpellés à La Réunion.
Sur les 5 personnes interpellées mardi, 2 ont été mises en examen et laissées libres sous contrôle judiciaire, deux autres ont été relâchées sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elles. Le "cerveau" présumé a été écroué à Domenjod en attendant son transfert vers Paris.
Le leader écroué en attendant son transfert
Le Dionysien de 21 ans, surnommé "l'égyptien", a été écroué à Domenjod. Il devrait être transféré à Paris la semaine prochaine. Le juge des libertés lui a signifié cet après-midi un mandat d’amener vers le juge d’instruction du pôle anti-terroriste de Paris.
Le jeune homme se serait radicalisé par le biais d’Internet, mais a également suivi des cours d’arabe et d’études coraniques en Egypte pendant plusieurs mois (d'où son surnom...). Il aurait ensuite entrepris de convaincre ses camarades du bien fondé du combat mené par Daesh au Moyen-Orient.
 
Les jumeaux mis en examen et laissés libres
Les jumeaux de 18 ans, Thomas et Anthony, prénommés Mehdi et Muhammad depuis leur récente conversion à l'Islam, envisageaient de partir faire le djihad en Syrie. Ils ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes, mais ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. 
 
Une femme de 62 ans et un homme de 24 ans relâchés
Aucune charge n'a été retenue contre la mère d’un homme d’une trentaine d’années parti en juin 2014 faire le Jihad en Syrie. Elle a été relâchée dans la nuit de mercredi à jeudi. . La direction générale du renseignement intérieur lui reprochait d'avoir envoyé de l'argent à son fils alors qu'il se trouvait en Turquie. Elle lui aurait effectivement envoyé la somme de 1500 euros en 2014, mais ce serait le seul virement effectué, et il n'aurait pas été effectué en vue d'aider à commettre un acte terroriste.

L'homme de 24 ans a lui aussi été libéré sans être mis en examen jeudi soir. Ce père de famille habitant Saint-Denis était, comme les deux jumeaux, soupçonné de vouloir partir faire le djihad. Aucune charge n'a finalement été retenue contre lui. 
Publicité