Air Mauritius en redressement judiciaire

transport aérien
L’A330 - 900neo d’Air Mauritius a atterri ce samedi 7 septembre sur la piste de l’aéroport de Pierrefonds.
L’A330 - 900neo d’Air Mauritius en septembre dernier sur la piste de l’aéroport de Pierrefonds. ©Jacques Payet
La compagnie aérienne Mauricienne a été placée sous administration volontaire, en clair en redressement judiciaire. La reprise des vols prévue pour le 15 mai s'annonce incertaine
Le communiqué est tombé ce mercredi en fin d'après-midi, un véritable coup de tonnerre dans le ciel Mauricien:  
 Dans ce texte publié sur les réseaux sociaux, les dirigeants de la compagnie mauricienne affirment qu'ils ne pourront pas tenir leurs engagements pris auprès de leurs créanciers. Air Mauritius qui traverse des zones de turbulences depuis quelques années est au bord du gouffre financier. 

En janvier dernier, le conseil d'administration de l'entreprise avait déja mis en place un comité de pilotage pour fixer un nouveau cap économique et mettre en place la transformation stratégique et opérationnelle de l'entreprise. 

"Les restrictions de voyage et la fermeture des frontières sur tous nos marchés et la cessation de l’ensemble des vols internationaux et intérieurs dans une crise sans précédent ont conduit à une érosion complète des revenus de la société. On s’attend à ce qu’elle ne soit pas en mesure de remplir ses obligations financières dans un avenir proche"Air Mauritius


Sattar Hajee Abdoula et Arvindsingh K. Gokhool, comptables agréés partenaires de Grant Thornton, ont été nommés en tant qu'administrateurs de la compagnie au titre de la loi sur les faillites d'entreprises. Ils ont pris leurs fonctions dès ce mercredi. 

"Air Mauritius est fortement dépendante du tourisme, un des secteurs les plus impactés chez nous (...)Notre mission est avant tout de sauver l'entreprise (...)Air Mauritius est une source de fierté pour la population mauricienne" Sattar Hajee Abdoula et Arvindsingh K. Gokhool


Selon ses dirigeants, Air Mauritius a réduit sa dette de 72,5% à la fin du premier semestre 2019, la ramenant à 4,1 millions d'euros, mais pas suffisant pour redresser la barre.

Avant la crise du Covid-19, la compagnie au paille-en-queue exploitait une dizaine d'avions dont deux Airbus A350 et espérait une reprise de ses vols pour le 15 mai. Avec ce redressement judiciaire, l'avenir d'Air Mauritius s'annonce aujourd'hui plus qu'incertain.