publicité

Annick Girardin sera à La Réunion fin mars "avec des pistes pour faire baisser les prix", selon le délégué à la concurrence

Francis Amand, délégué à la concurrence Outre-mer, est arrivé à La Réunion ce lundi. Nommé par la ministre des Outre-mer, en pleine crise des Gilets Jaunes, il affirme qu’Annick Girardin sera dans l’île fin mars avec des pistes pour faire baisser les prix et briser les monopoles.

 

Francis Amand, délégué à la concurrence Outre-mer, est arrivé à La Réunion ce lundi. © Nathalie Rougeau
© Nathalie Rougeau Francis Amand, délégué à la concurrence Outre-mer, est arrivé à La Réunion ce lundi.
  • LP / Nathalie Rougeau / Mélodie Nourry
  • Publié le , mis à jour le
Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, sera à La Réunion fin mars. Elle devrait avancer des pistes pour faire baisser les prix et briser les monopoles dans l’île. C’est le délégué à la concurrence Outre-mer, Francis Amand qui l’a confirmé ce lundi. Il a atterri à La Réunion ce matin.
 

Étudier et réduire les prix

Sa mission : étudier les prix et voir comment réduire les écarts avec ceux de l’Hexagone. Il repartira ce vendredi. "Je suis un catalyseur de l’action publique en matière de concurrence", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à la préfecture de Saint-Denis. Le délégué va parler de la vie chère, et du pouvoir d'achat, mais pas pour "rédiger un nouveau rapport", dit-il. Francis Amand souhaite lutter "concrètement contre les ententes et les abus de position dominante". 


En décembre dernier, Francis Amand était nommé délégué à la concurrence Outre-mer par la ministre des Outre-mer, Annick Girardin et le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Après le mouvement des Gilets Jaunes en novembre, Annick Girardin déclarait : "Les récents mouvements sociaux à la Réunion ont rappelé la nécessité d’agir vite".
 

"Les filières monopolistiques ou oligopolistique"

Lors du Grand Débat, le 1er février dernier, Emmanuel Macron avait également rappelé cette nomination après avoir été interpellé plusieurs fois sur la question de la vie chère Outre-mer. "L'ordre publique économique, ça suppose que l'Autorité de la concurrence, soit démantèle les filières, soit sanctionne", expliquait-il après avoir mis en cause, entre autres, "les filières monopolistiques ou oligopolistique". Le chef de l’Etat évoquait alors "des énormes écarts de prix entre l’Hexagone et les régions ultramarines".

La loi Lurel, le bouclier qualité-prix ou encore l’observatoire des prix, des marges et des revenus : des outils existent pour lutter contre la cherté de la vie en Outre-Mer. Dans un premier temps, Francis Amand devra en faire un bilan. Il devra décortiquer la construction des prix d’un certain nombre de produits mais aussi et surtout renforcer la transparence des prix en luttant contre les pratiques commerciales déloyales, les ententes et les abus de position dominante.

Ancien inspecteur général de l'INSEE, Francis Amand a notamment travaillé sur la constitution de prix dans les filières agricoles et alimentaires.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play