Après plusieurs clusters en mer, la Sapmer demande la vaccination pour les marins

coronavirus
Sapmer bateaux
©SAPMER

Après l’apparition de plusieurs clusters sur ses bateaux et le décès de deux marins, la Sapmer demande à ce que les marins figurent sur la liste des professions prioritaires pour la vaccination. Les navires évoluent dans des zones isolées, fortement éloignées des côtes.

Malgré un protocole sanitaire strict  afin de garantir la sécurité des marins, plusieurs cas de Covid ont été signalés à bord de bateaux. Deux marins de l’équipage du Belle Isle, un des thoniers de la Sapmer, sont décédés du Covid en début de semaine dernière.

Avant d’embarquer, les marins sont soumis à un isolement de 15 à 20 jours, des contrôles par tests PCR sont réalisés avant départ en zone de transit et les relèves d’équipage sont opérées via un corridor portuaire. Malgré ces précautions et des protocoles spécifiques à bord des navires, plusieurs clusters ont été signalés en mer.

Des clusters en mer

Ces derniers jours, deux thoniers et un navire d’assistance de la Sapmer ont connu des urgences médicales absolues pour quatre marins en état de détresse respiratoires sévère avec pronostic vital engagé dans le nord de L’Océan Indien. Les navires ont pu rejoindre le port de Mahé aux Seychelles, mais deux marins sont décédés. L’équipage a été placé à l’isolement sur le navire au mouillage aux Seychelles. Il compte cinquante marins testés positifs au Covid et asymptomatiques.

En mars, lors de l’inter marée, une dizaine de cas positifs se sont déclarés à La Réunion parmi l’équipage d’un palangrier Sapmer. L’un des marins est actuellement pris en charge en service de réanimation.

Priorité à la vaccination

Du fait de ces nombreux cas déclarés aux Seychelles et à La Réunion, l’armateur demande que les marins puissent bénéficier de toute urgence de la vaccination. La Sapmer souhaite que la profession figure parmi celles considérées comme prioritaires en la matière. Las navires de la pêche hauturière évoluent dans des zones isolées ou fortement éloignées des côtes et de tout centre hospitalier.

Lors du premier confinement, les marins avaient été placés sur les listes des professions prioritaires pour les déplacements.