publicité

Autrefois présent dans les jardins de La Réunion, le pied de mouroung a peu à peu disparu. Surnommé "arbre de vie", il possède des vertus nutritives et médicinales. Aujourd’hui, le mouroung revient sur les tables sous son nom latin : le moringa.


Si autrefois, il trônait dans de nombreuses cours, aujourd’hui, le pied de mouroung est devenu de plus en plus rare à La Réunion. Pourtant, cet arbre aux multiples vertus nutritives et médicinales séduit à nouveau les Réunionnais.

Ses feuilles brèdes médailles, ses bâtons ou encore ses fleurs : tout se mange dans le mouroung. A tel point que les anciens l’avait baptisé "pied de bois trois caris".
 
Regardez le reportage d’Henry Claude Elma et Laurent Figon :
Le retour du mouroung

© Laurent Figon

Tension, maux de tête, douleurs musculaires

Au-delà de l’assiette, le mouroung possède de nombreuses vertus. "On l’utilise pour un tas de choses, pour aider et soulager les gens. C’est une plante que tout le monde devrait avoir devant sa porte", explique Raymond Lucas, tisaneur à La Réunion.

Le bâton de mouroung permet d’augmenter la tension artérielle, alors que ses feuilles permettent de la faire baisser. Le mouroung est aussi utilisé contre les maux de tête, l’hypoglycémie, mais également comme vermifuge ou anti-inflammatoire. Entre mille et une vertus nutritives et médicinales, il sert aussi au renforcement musculaire.

Pour exemple, il contient quinze fois plus de calcium que dans le lait, quinze fois plus de potassium que dans la banane. Cet aliment très riche en fer est le végétal qui possède également le plus de protéines vertes. En Inde, le pied de mouroung, est même surnommé l'"arbre de vie".
 
Regardez l’interview de Raymond Lucas, tisaneur :
 
Raymond Lucas

Le moringa

S’il est devenu plus rare dans les cours de La Réunion et les marmites, le mouroung a toutefois retrouvé son nom latin : le moringa. Il s’impose désormais comme un complément alimentaire séché devenu très prisé. Parfois produit à Madagascar, il se trouve en magasin sous forme de poudre ou d’huile.

"Plusieurs produits sont des effets de mode, il faut donc voir dans la durée, mais le moringa reste un produit phare dans la boutique", remarque Florent Harle, gérant d’une boutique bio à La Réunion.

Dans des pays en développement, le moringa est aussi utilisé pour lutter contre la malnutrition. Il est conseillé pour les femmes enceintes et les nourrissons par l’organisation des nations unis pour l’alimentation et l’agriculture. Un succès qui sonne un peu comme une revanche du "cari la misère".
 

© Laurent Figon