Arome océan Indien permet à Météo-France d’affiner les prévisions sur les cyclones

météo
Embarcadère de St Paul  cyclone Bejisa 01
©Philippe Hoareau
Le modèle Arome océan Indien a été testé en grandeur nature pendant le cyclone très intense Fantala qui a dévasté les iles Farquhar.
Lors du passage de ce cyclone, les prévisionnistes de Météo-France ont constaté l’efficacité du modèle numérique Arome océan Indien. Les simulations réalisées ont permis de prévoir les vents les plus forts, mais aussi les régions qui allaient être concernées par ces vents.
Arome océan Indien a également prévu une évolution de l’œil du cyclone Fantala, qui s’est réellement produite quelques heures plus tard.
Fantala a fait de gros dégats sur la vagétation des iles Farquhar , les quelques habitants avaient eu le temps de se mettre à l'abris.
 
Si le modèle numérique fonctionne parfaitement sur les cyclones d’intensité phénoménale comme Fantala, il peut également prévoir plus précisément le temps quotidien.
A la manière d’un appareil photo doté d’un capteur plus précis qui augmente le nombre de pixels de plus en plus petits sur un même capteur, le modèle numérique Arome océan Indien est passé d’une résolution de 10 à 2,5 km.
C’est à dire, qu’il peut prendre en compte la différence entre une surface urbaine bétonnée et celle d’une zone boisée. La première sera plus chaude que l’autre. Il peut également avoir une précision plus importante du relief. 
Des élèments qui ont une influence sur le climat.
 
Arome océan Indien est capable d’anticiper et  de localiser les phénomènes météorologiques dangereux et soudains, Comme ceux qui se sont produits dans le Sud de l’île, sur la commune de Saint-Philippe.
 
Arome signifie : Application de la Recherche à l’Opérationnel à Méso-Echelle.

201610
©Capture d'écran Météo-France


Les Outre-mer en continu
Accéder au live