publicité

Les Assises Territoriales de l’Islam sont lancées à La Réunion

Nées de la volonté de l’Etat de réformer et organiser le culte musulman de France, les Assises Territoriales de l’Islam sont l’occasion d’une grande réflexion. Les acteurs locaux souhaitent ainsi défendre le modèle réunionnais.
 

Le Tasbeeh © Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
© Michelle Bertil (Réunion la 1ère) Le Tasbeeh
  • Par Lise Hourdel
  • Publié le , mis à jour le
Par une circulaire du 25 juin dernier, les préfets sont chargés d’organiser des Assisses Territoriales de l’Islam partout en France avant le 15 septembre prochain. Pour cela, des ateliers sont mis en place. A La Réunion, les séances de réflexion ont débuté. Une synthèse sera ensuite transmise à la préfecture et une séance de restitution doit se dérouler le 21 août.

Inscrites dans la continuité des instances de dialogue organisées depuis 2015, ces Assises s’articulent autour des différentes thématiques, discutées dans le cadre de 4 ateliers différents, encadrés par le Conseil Régional du Culte Musulman de La Réunion.
 

Une réflexion organisée


Parmi les thèmes abordés figurent des problématiques telles que la gouvernance des lieux de culte et leur financement, la formation des acteurs cultuels et la sensibilisation à la prévention de la radicalisation ou encore les initiatives locales et spécifiques prises dans le département.

L’objectif est de balayer ces différentes questions en apportant un éclairage quant aux inquiétudes qui se font parfois grandissantes, comme pour la question de la prévention de la radicalisation ou l’indépendance du culte musulman quant aux instances islamiques internationales notamment dans le financement des lieux de culte.

© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)

Réaffirmer des valeurs


Mais ces Assises sont aussi l’occasion pour la communauté musulmane réunionnaise de réaffirmer son attachement et son respect des valeurs républicaines et des lois françaises. Ainsi, dans son allocution du 8 juillet dernier, à l’occasion de la célébration de l’Eïd Ul Fîtr, Houssen Amode, le président du Conseil Régional du Culte Musulman de La Réunion, évoquait une laïcité "bien comprise" s’inscrivant dans la réalité du territoire et de la société réunionnaise, et ainsi de son Vivre Ensemble. Et d’ajouter :

"Nous sommes donc tous, et nul ne doit en douter, des défenseurs de la Laïcité qui protège toutes les croyances religieuses mises sur le même pied d’égalité et donne les mêmes chances à tous les citoyens, à tous les Réunionnais, sans distinction aucune, pour accéder au savoir, à l’éducation, à l’emploi … et si je peux me permettre aux responsabilités locales."


Ne pas perdre les acquis


Comme pour toutes Assises, les sujets difficiles doivent également être évoqués et les doléances remontées. Ainsi, si l’Etat s’inquiète d’une possible radicalisation, la communauté musulmane évoquera à son tour la "multiplication des textes réglementaires et les positions de plus en plus sécuritaires", dues aux inquiétudes grandissantes des autorités, mais pouvant paraître attentatoires à la liberté de conscience et aux libertés individuelles.

Pourtant, fort de son Vivre Ensemble, le Conseil du Culte Musulman souhaite avant tout mettre en avant sa pratique "structurée" de l’Islam, "dirigée par des membres de la société civile et non des religieux", l’autonomie financière de son culte et la formations de ses intervenants dans le respect des valeurs républicaines et des lois du pays.

© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)

Pour une prise en compte d’une pratique réunionnaise


Convaincu de pratiquer "un Islam bien structuré", un "culte serein et ouvert, qui laisse peu de champ à des dérives pouvant conduire à des drames", le Conseil du Culte Musulman (CRCM) de La Réunion souhaite ainsi bénéficier du soutien des autorités pour figurer au sein de la nouvelle instance représentative du culte musulman au niveau national. Pour Houssen Amode, son président, cela permettrait aussi une meilleure prise en compte du modèle du culte à La Réunion pour qu’il ne "fasse pas les frais de la réforme envisagée".

Une expertise locale reconnue


Une demande qui a d’ores et déjà reçu le soutien de Nicolas Cadene, le rapporteur général de l’Observatoire National de la Laïcité, placé auprès du Premier ministre, venu dans l’île en novembre 2017. Il assurait ainsi Houssen Amode de l’utilité de l’expertise locale à la structuration du culte musulman dans l’hexagone.

© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)
© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)

Le reportage de Michelle Bertil et Alexandra Pech.
Réforme : Assises Territoriales de l'Islam
Reportage  -  Réunion la 1ère  -  Michelle Bertil et Alexandra Pech

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play