Attaque terroriste à Nice : les réactions des politiques à La Réunion

terrorisme
La basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 17 juin 2020.
La basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 17 juin 2020. ©MAXPPP
Une attaque au couteau a eu lieu ce jeudi 29 octobre à l’intérieur de la Basilique Notre-Dame à Nice, faisant trois morts et plusieurs blessés. Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’affaire. A La Réunion, les acteurs politiques expriment leur soutien.
 
Les faits se sont déroulés peu après 9h (heure de l’Hexagone) ce jeudi 29 octobre dans la Basilique Notre-Dame à Nice. Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’affaire. Trois personnes sont mortes et plusieurs autres sont blessées. Le Premier ministre a annoncé que le plan vigipirate était porté au niveau "urgence attentat" sur l'ensemble du territoire. Une cellule de crise a été ouverte. Emmanuel Macron doit également se rendre à Nice. 
 
Selon le maire de Nice Christian Estrosi, deux personnes sont mortes dans la Basilique de la façon la plus "horrible" qui soit, comme "le professeur" Samuel Paty. La troisième personne a succombé à ses blessures après s’être réfugiée dans un bar à proximité.  L’auteur des faits, grièvement blessé a été interpellé par la police et transporté à l’hôpital Pasteur de Nice.
 

Les personnalités politiques réunionnaises expriment leur soutien

A La Réunion, l’attaque fait réagir. Le président de la région Didier Robert exprime son soutien aux victimes et à leurs proches dans un communiqué. Il estime que "ce nouvel acte de barbarie perpétré en plein cœur d’une église qui est un lieu de paix, prend une signification toute particulière pour l'ensemble de la communauté catholique."

La France est une nouvelle fois meurtrie dans sa chair. 

Didier Robert, président de la région


Cyrille Melchior, le président du Conseil départemental a aussi présenté ses condoléances. 

C’est une tragédie qui survient dans un lieu sacré, un espace de recueillement et de paix à Nice, et dans d'autres lieux, à Avignon et au Consulat de France à Djeddah. Cette série de violences ébranle nos valeurs mais nous devons rester forts et soudés face au terrorisme et aux actes de barbarie.

Cyrille Melchior, président du Conseil départemental


La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, s'est aussi exprimée pour adresser ses pensées aux proches des victimes. 
Le député Philippe Naillet a également adressé ses condoléances aux familles et proche des victimes.

J’ai une pensée pour les victimes. J’ai une pensée également pour les Niçois une nouvelle fois atteints par l’ignorance, la folie, la cruauté, la négation de l’humanité.

Philippe Naillet, député de La Réunion


C'est la deuxième fois en cinq ans que la ville de Nice est frappée par le terrorisme. Le 14 juillet 2016, un homme dans un camion-bélier a foncé sur la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais pour le feu d'artifice. 86 personnes y ont perdu la vie et plus de 450 personnes ont été blessées. 
 
Deux autres attaques ont également eu lieu ce jeudi : à Avignon, un homme a tenté de s’en prendre aux forces de l’ordre avec une arme de poing, avant d’être abattu. L’autre attaque s’est produite au consulat général de France à Djeddah, en Arabie Saoudite. Un vigile a été attaqué à l’arme blanche, le suspect aurait été arrêté.

La sénatrice Nassimah Dindar dénonce "la barbarie la plus ignoble (qui) a encore frappé au sein même d’une églisen symbole de paix".