Aucun nouveau cas de coronavirus à La Réunion, "le virus circule peu" selon la directrice de l’ARS [SYNTHESE]

coronavirus
Des tests de dépistages du coronavirus effectués à La Réunion.
Des tests de dépistages sont effectués à La Réunion. ©Imaz Press
Lors d’une conférence de presse, ce mercredi 22 avril, la directrice de l’Agence Régionale de Santé annonce aucun nouveau cas de coronavirus dans l’île et assure que "le virus circule peu". La Réunion compte toujours 410 cas de Covid-19. 
L’Agence Régionale de Santé annonce aucun nouveau cas de coronavirus confirmés, ce mercredi 22 avril, à La Réunion. L’île compte toujours 410 cas de Covid-19. "28 personnes contaminées ont été recensées en dix jours, la situation sanitaire est la même qu'il y a huit jours", a déclaré la directrice de l’ARS, Martine Ladoucette dès le début de sa conférence de presse.
 

Retrouvez ci-dessous la conférence de presse sur Réunion La 1ère :   

La Réunion, département qui dépiste le plus 

Selon la directrice de l’ARS, à La Réunion, "4 300 personnes ont été dépistées et moins de 1% des personnes prélevées ont été contaminées par le Covid-19".

Martine Ladoucette affirme qu’avec "une moyenne de 350 tests de dépistages pour 100.000 habitants, La Réunion est un des départements de France et d’Outre-mer qui dépiste le plus en proportion de sa population. Nous dépistons largement y compris des personnes qui présentent peu de symptômes".
 

"Le virus circule peu"

"Le virus circule peu sur notre territoire, c'est une bonne chose et c'est l'effet positif du confinement et des mesures barrières", assure la directrice de l’ARS. Autre indicateur favorable selon elle, "il y a de moins en moins de personnes hospitalisées à La Réunion". Deux personnes sont en réanimation au CHU de Bellepierre. "Nous sommes sur la bonne voie, mais ce n’est pas le moment de baisser notre protection", assure Martine Ladoucette.

De plus "les inconnues et les difficultés à gérer la crise sanitaire dans l’éventualité d’une reprise épidémique, sont nombreuses et importantes", prévient la directrice qui rappelle qu’aujourd’hui seulement 5% des Français sont immunisés contre le Covid-19. "Cette proportion est encore plus faible à La Réunion où le virus a peu circulé jusqu’à présent".

L’objectif des autorités est aussi de "ne pas se retrouver dans une situation d’explosion épidémique lors du déconfinement". Selon Martine Ladoucette, aucune stratégie de déconfinement avant l’Hexagone n’est envisagée à La Réunion. 


Un patient atteint de Covid-19 et dengue

Sur les 410 cas recensés, 405 cas ont été investigués par l’ARS et Santé publique France. Les cas importés représentent 72% des cas. Parmi les 410 cas, 238 patients sont considérés comme guéris. Plus de 3 200 personnes ont été identifiées dans le cadre du contact-tracing organisé par l’ARS. L’ARS a aussi eu connaissance d’un patient atteint à la fois du Covid-19 et de la dengue. Ces deux contaminations sont donc possibles en même temps.
 
 

350 000 masques chirurgicaux et 50 000 FFP2

Par ailleurs, l'ARS annonce une livraison hebdomadaire de 350 000 masques chirurgicaux et 50 000 masques FFP2. Commandés par l’Etat, dix respirateurs sont aussi arrivés sur le sol réunionnais pour permettre au CHU d’augmenter sa capacité d’hospitalisation. La directrice de l’ARS annonce également "des moyens humains supplémentaires avec 290 professionnels de santé volontaires pour renforcer les effectifs".
 

Protéger et dépister les personnes âgées

Dans ce contexte, l’ARS souhaite aussi "poursuivre et renforcer la protection des personnes âgées et des personnes en situation de handicap". Les établissements d’accueil des personnes âgées ont reçu des masques supplémentaires et ont désormais un médecin gériatre à leur disposition en permanence. 

"Nous avons mis en place un dépistage préventif et massif sur le personnel et les résidents lorsque la situation l’imposait", assure la directrice de l’ARS. Elle annonce que si un résident est contaminé par le Covid-19, "il sera pris en charge pour quitter établissement et rejoindre une unité dédiée, afin de protéger les autres résidents".

Par ailleurs, comme l’a encouragé le Premier ministre, Edouard Philippe, les visites ont repris dans des Ehpad de l’île. "Ses visites doivent se faire sous certaines conditions de sécurité, précise la directrice de l’ARS. Elles seront de 30 minutes à 1h, tous les 15 jours, puis toutes les semaines".
 

Accueil temporaire pour les personnes handicapées

Depuis le début du confinement, les structures d’accueil de jour spécialisées pour enfants et adultes handicapés sont fermées. Les personnes handicapées sont à domicile avec différents accompagnements à distance de la part de professionnels de santé et sociaux, mais aussi du soutien pédagogique.

L’ARS annonce ce mercredi qu’elle va "mettre en place un accueil temporaire en internat pour offrir une solution de répit pour les aidants qui peuvent s’épuiser". Les aidants pourront avoir recours une ou deux semaines à ces centres d’hébergements temporaires. "Quatre structures de répits référentes vont être adaptées le plus possible à chaque type de handicap", précise l’ARS.
 

Garantir la continuité des soins

Enfin, l’ARS a constaté ces dernières semaines "une baisse importante du nombre de consultations chez les médecins généralistes et spécialistes". "Des patients souffrant de maladies chroniques telles que diabète, insuffisance rénale, cardiaque ou hypertension, ne sont plus suivis". Pour l’ARS, il est urgent de permettre "l’accès aux soins à ces patients".

"Les médecins et les hôpitaux de jour devront rendre possible la venue de patients en toute sécurité", affirme Martine Ladoucette qui précise par ailleurs que désormais "tout entrant en hospitalisation programmée devra être dépisté en médecine et en chirurgie".