Aux Seychelles, comme à La Réunion en 2014, la surmortalité de poissons inquiète

océan indien
Murène morte
©Seychelles New-Agency
Tous les jours des poissons morts s’échouent sur les plages de Mahé, Praslin et Cousin. Les autorités ont demandé aux laboratoires de La Réunion et de Métropole d’en déterminer la cause. Un phénomène ressemblant à celui de La Réunion en 2014.
Algues, bactéries, intoxication, pollution ? les autorités seychelloises s’inquiètent de la sur mortalité soudaine des poissons de récif de l’archipel. Plus de 200 cadavres sont trouvés quotidiennement sur les plages de Mahé, Praslin et Cousin. Les survols de l’océan indien dans les secteurs concernés auraient permis de dévoiler des variations importantes de la couleur de l’eau. Au lieu d’être bleue, elle est jaune, rouge ou brune. Ces teintes seraient dues à la prolifération d’algues toxiques à 55 kilomètres à l’Est de Mahé. Ces algues contiendraient une bactérie mortelle pour la faune aquatique.
 
Des poissons et des tortues mortes
 
Pour obtenir des réponses et des solutions sur le long terme, le parc marin des Seychelles a envoyé des poissons morts à La Réunion et en France pour y être analysés. Cette mortalité semble s’atténuer au fil des jours. Depuis le début de cette crise, les agents ont ramassé plus 200 cadavres de poissons tous les jours. Ils étaient obligés de les enterrer pour éviter la prolifération des mouches. Ils ont également trouvé des tortues mortes dérivant au large des côtes.
« Un comité réunissant des responsables des ministères de la santé, de l'environnement, du tourisme, de la pêche et des autorités des parcs nationaux ainsi que de la répartition des risques et de la gestion des catastrophes a été mis en place pour évaluer et surveiller la situation » annonce le site Seychelles New-Agency. Une cellule qui doit préserver le tourisme et prendre les mesures sanitaires qui s’imposent.
 
Le tourisme et la pêche les deux piliers de l’économie des Seychelles
 
L’autorité des pêches aux Seychelles a demandé aux petits pêcheurs de l’archipel de suspendre la capture de poissons de récif en attendant la réponse des scientifiques. Pas de restriction, en revanche, concernant les pélagiques ou les poissons de grands fonds.
Les espèces les plus touchées sont les perroquets, les congres (Ndlr : murènes), les chirurgiens, les bourses ou les « cardinals »…
Tous les poissons morts ont la bouche ouverte et les yeux exorbités. La pluspart ont également un abdomen élargi et dégagent une très mauvaise odeur.
Le gouvernement seychellois est inquiet. Le tourisme et la pêche sont les principaux piliers de l’économie de l’archipel.