Bilan des dégâts causés par la houle dans le Sud et l'Ouest de La Réunion

météo
Dégât de la houle au Gol à Saint-Louis où les gens sont sinistrés ©Suzette Emma
Maisons dégradées, routes impraticables, coupures d'électricité préventives, la forte houle qui impacte le sud et l'ouest de l'île a fait et continue de faire beaucoup de dégâts. Les centres d'hébergement sur la commune de Saint-Pierre sont actuellement activés.

La vigilance renforcée vague submersion restait à midi maintenue. L'épisode de forte houle se poursuit et les autorités disent dans un communiqué " déplorer l'affluence du public sur le littoral, y compris sur les zones fermées par arrêté municipal ".

Regardez le reportage de Réunion 1ère :

Fortes houles : les vagues envahissent les rues

Ce mercredi matin, deux personnes ont été victimes des vagues au gouffre de L'Etang-Salé. L'une d'entre-elles est décédée , la seconde était en urgence absolue. La préfecture a annoncé que les personnes ne respectant pas les interdictions seront systématiquement verbalisées par les forces de l’ordre.

A Saint-Louis, plusieurs maisons ont été dégradées et des personnes évacuées par les forces de l’ordre. Les centres d’hébergement de Saint-Pierre sont activés.

Axes routiers et infrastructures endommagés

Des vagues meurtrières et destructrices. Plusieurs axes routiers ont été touchés et certaines zones demeurent inaccessibles. C'est le cas de Grand-Anse à Petite île, la rue Amiral Lacaze à Terre Sainte est fermée. A Grand Bois, la rue Daniel Ramin et le boulevard des Alizées sont impraticables.
L’ensemble des restaurants sur le front de mer de Saint-Pierre sont fermés et la route Nationale 1A est fermée entre l’Etang Salé et Saint-Leu.

Un bilan matériel provisoire

La Saline a perdu son poste de surveillance de la baignade détruit par les vagues. Elles ont aussi touché l'école primaire.

Houle à Saint-Gilles ©Claudette VAITILINGOM

A Saint-Philippe la maison des pêcheurs n'existe plus et des coupures ont été constatées sur le réseau internet.

La préfecture indique que " les conditions en mer restent extrêmement dangereuses. Elles ne permettent pas d’engager des opérations de secours à ce stade. Les personnes qui prennent la mer en dépit des interdictions ne pourront donc pas être secourues ".