réunion
info locale

Municipales 2020 : dann ker Bras-Panon [DATA]

élections bras-panon
Mairie de Bras-Panon 110220
©RB / Imaz Press Réunion
Réputée pour sa vanille, Bras-Panon est l’une des 7 communes de l’Est de La Réunion. 12 811 Panonnais résident sur ses 88,6 km² de territoire. Daniel Gonthier en est le maire depuis 2001. La commune est tenue par la droite depuis 1959.
Troisième commune de l’Est en termes de population, Bras-Panon comptait 12 811 habitants au dernier recensement de 2017. Une population dont le nombre a plus que doublé entre 1968 et 2016, passant de 5 533 habitants à 12 722 habitants.

D’une superficie de 88,6 km², Bras-Panon a dans le même temps vu sa densité de population augmenter, passant ainsi de 62,5 habitants par km² en 1968 à 143,7  habitants par km².

 

44,4% des Panonnais ont moins de 30 ans


Un Panonnais sur 4 a moins de 14 ans, et 44,4% de l’ensemble des Panonnais ont moins de 30 ans. 1 914 enfants sont scolarisés dans les 6 écoles maternelles et primaires de la commune.

Une population jeune, mais qui compte tout de même 1 758 habitants de plus de 60 ans, soit près de 14%, et dont 441 ont plus de 75 ans.

Sur les 4 827 ménages panonnais, 70,7% sont des familles dont 22% sont monoparentales. Des familles dont la structure a évolué, passant de 5,3 personnes en 1968 à 2,6 personnes en 2016. Les personnes seules représentent 26,3% des Panonnais.

 

53,4% des Panonnais sont propriétaires


La commune de Bras-Panon s’est densifiée en population au fil des années, cependant 50,6% des ménages ont emménagé dans les 10 dernières années. Plus généralement, le nombre de logements est passé de 1 120 en 1968 à 5 286 en 2016. 91% de ces logements sont des résidences principales.

53,4% des Panonnais sont propriétaires de leur résidence principale, 42,6% en sont locataires. Dans la commune, deux logements sur trois sont des maisons, l’autre tiers est composé d’appartements.

 

34,4% de chômage, 37% de pauvreté


Des 8 464 habitants qui ont entre 15 et 64 ans, 72,3% sont des actifs, dont 47,7% ont un emploi. Ils exercent principalement des fonctions d’employés et d’ouvriers, puis des professions intermédiaires, d’artisans, commerçants et chefs d’entreprises et enfin de cadres et d’agriculteurs.

Le taux de chômage atteint 34,4%. Il est plus élevé chez les 15-24 ans, où plus d’un jeune panonnais sur deux est au chômage. Il est en revanche moindre chez les 55-64 ans, approchant davantage des 28%.

En 2018, 79 entreprises ont été créées à Bras-Panon. 31,6% concernaient les commerce, transport, hébergement et restauration, autant pour les services marchands aux particuliers. Il s’agit de la deuxième année la plus basse après 2016 en nombre de créations d’entreprises sur la commune.

A Bras-Panon, on compte 24% de ménages fiscaux imposés. Le taux de pauvreté atteint 37%.

 

3 Panonnais sur 4 possèdent une voiture


Sur les 4 826 ménages panonnais, 74,8% possèdent au moins une voiture et 26,3% en possèdent au moins 2, voire plus. Près de 2 actifs sur 3 travaillent dans une autre commune que celle de Bras-Panon.

83,6% des Panonnais utilisent un véhicule motorisé pour se rendre au travail. Seuls 4,3% des 4 033 actifs Panonnais utilisent les transports en commun. Ils disposent du réseau de bus Estival de la Cirest pour cela.

Bras-Panon est l’une des 6 communes de la Cirest avec La Plaine-des-Palmistes, Saint-André, Saint-Benoît, Salazie et Sainte-Rose.

 

9 307 électeurs en 2014


Les 15 et 22 mars 2020, les Panonnais devront désigner leur nouvelle équipe municipale, composée de 33 conseillers. Ils devront pour cela se rendre dans les 13 bureaux de vote de la commune.

En 2014, 29,49% des inscrits sur les listes électorales s’étaient abstenus au 2nd tour. Les autres avaient réélu Daniel Gonthier, maire de droite, par 55,26% des voix exprimées, devant Jean-Hugues Ratenon, 20,18%, Jeannick Atchapa, 18,64% et Pascal Giraud, 5,90%.

Les maires de Bras-Panon depuis 1945

 
  • 2001 : Daniel Gonthier (RPR puis UMP puis LR)
  • 1995 : Jean-Marie Foudrin
  • 1959 : Paul Moreau (UDR puis RPR)
  • 1942 : Roger Vidot (CRADS puis PCR)