publicité

La campagne sucrière en panne dans l’Est

Le personnel de l’usine de Bois Rouge est en grève. Les négociations piétinent. Les planteurs sont en colère.

Les négocaitions entre usiniers et ouvriers de Bois Rouge
.  -  reunion  -  Jean-Claude Toihir - Philippe Hoareau
  • Par Gilbert Hoair
  • Publié le , mis à jour le
La grève du personnel de l’usine de Bois Rouge bloque la campagne sucrière dans l’Est.
L’usine est arrêtée, la plateforme déborde de cannes, les planteurs ne peuvent plus livrer…

Ce jeudi matin, un groupe de planteurs déterminés est venu faire pression sur les négociations, pour demander que grévistes et usiniers trouvent un accord.
Les négociations de la journée n’ont pas abouti.

Les ouvriers grévistes de la sucrerie de Bois Rouge demandent que la prime d’intéressement soit augmentée à 2500 euros.

Une réunion de conciliation est prévue ce vendredi

Voici le communiqué publié par la direction de l'usine de Bois Rouge.

Depuis mardi 5 décembre 2017, la Sucrerie de Bois-Rouge est bloquée par une partie du personnel qui remet en cause les termes de l’accord d’intéressement en vigueur dans l’entreprise, accord signé par l’ensemble des syndicats.

Cette remise en cause porte sur le calcul de l’écart technique qui mesure la différence entre la richesse en saccharose de la canne achetée et le sucre réellement produit par la sucrerie.

Cette action de blocage déclenchée, sans préavis, met la sucrerie dans l’incapacité de réceptionner les cannes du bassin Est de l’île.

En toute responsabilité et afin de trouver une issue au conflit à une période cruciale de la campagne sucrière, la direction de la Sucrerie a tenu, aujourd’hui, une quatrième réunion de concertation avec les représentants du personnel.

Elle rappelle qu’elle a accepté, dès la première réunion, de prendre en compte des éléments extérieurs qui ont impacté l’écart technique de la campagne en cours.
Alors que la direction a fait plusieurs propositions, les Organisations syndicales ont fait de la surenchère à chaque réunion.
Cette surenchère permanente prenant en otage la fin de la campagne sucrière est irresponsable et montre une volonté de faire perdurer le conflit.

Devant une telle attitude, la direction de la Sucrerie de Bois-Rouge a demandé aujourd’hui, jeudi 7 décembre, à la DIECCTE, de mettre en place une conciliation.

Une première rencontre est prévue ce vendredi 8 décembre.
La direction de la Sucrerie de Bois-Rouge souhaite qu’une solution rapide et réaliste puisse être trouvée dans les plus brefs délais afin que la campagne sucrière puisse reprendre.


Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play