Chantier de la NRL : après quatre jours de mobilisation, les transporteurs trouvent un accord avec le Groupement

travaux publics
Les transporteurs et le groupement ont trouvé un accord ce jeudi soir.
Les transporteurs et le groupement ont trouvé un accord ce jeudi soir. ©Imaz Press
Après 7 heures de négociations, les transporteurs ont trouvé un accord avec le Groupement GTOI-SBTPC-Vinci ce jeudi 24 septembre. Mobilisés depuis quatre jours, ils réclamaient une reprise rapide du travail sur le chantier de la Nouvelle Route du Littoral. 
Les négociations ont abouti ce soir, après près de sept heures de discussions entre les transporteurs et le Groupement GTOI-SBTPC-Vinci, ce jeudi 24 septembre. 
 

Un accord trouvé

Les transporteurs représentés par leurs syndicats (OTI, FTOI, FNTR, SRTT) réclamaient la reprise de leurs livraisons d'agrégats sur le chantier de la NRL. Dans un premier temps, le Groupement expliquait que les livraisons de roches ne pourraient pas se faire avant fin octobre ou début novembre.

Ce soir, le Groupement propose aux transporteurs d'acheminer 50 000 tonnes d'agrégats, dès lundi, sur le chantier. Les transporteurs se disent satisfaits, cela représente "trois semaines à un mois de travail", selon eux. Ils reprendront une activité normale, à un rythme plus soutenu, sur le chantier, à partir de fin novembre, et "dans de bonnes conditions", assurent-ils.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :
NRL : après négociations, le travail reprendra lundi pour les transporteurs
 

Pas de blocage des routes

La première proposition du groupement avait été déclinée par les transporteurs. "Ils nous avaient proposé une reprise du travail avec douze camions dès lundi, explique Jean-Gaël Rivière, président de la FNTR. Nous avons refusé, car nous demandions la reprise pour 40 à 50 camions. Le groupement n'était pas fermé, il a cherché une solution". Si aucun accord n'avait été trouvé, les transporteurs s'étaient engagés à ne pas bloquer les routes. 
 

Mobilisés depuis lundi

Depuis lundi, les transporteurs réclamaient cette reprise du travail sur le chantier de la Nouvelle Route du Littoral. Mercredi, ils ont durci leur action en s’installant devant le siège du Groupement au Port, mais aussi au niveau de la portion D4, à La Possession. Aucun engin ne pouvait accéder au chantier de la NRL hier.
 

Pourquoi ce blocage ?

Le chantier de la NRL a repris le 15 septembre après des mois d’arrêt et un protocole d’accord signé en août dernier entre le Groupement GTOI SBTPC VINCI et la Région Réunion. En début de mois, les transporteurs ont pu acheminer des roches pour les travaux de digue du côté de la Possession et du côté de la Grande Chaloupe. La route digue doit être entièrement faite en andains dont les transporteurs assurent l’acheminement.

Le Groupement les aurait ensuite prévenus qu’il y aurait une période de latence d’un mois et demi sur le chantier. Avant l’arrivée de nouvelles roches, d’autres travaux devaient être menés. Dans un premier temps, le Groupement aurait proposé aux transporteurs de continuer à amener des roches pour les stocker. Dans un second temps, il aurait expliqué que le site de stockage était saturé. Résultat : plus de travail pour les transporteurs dans les semaines à venir.

Finalement, ce soir, les transporteurs expliquent que les travaux seront accélérés sur le chantier pour qu'il puisse accueillir les agrégats plus rapidement. Pour eux, le travail reprendra dès lundi et de manière plus intense à partir du mois de novembre. Les transporteurs se disent satisfaits. Après la crise sanitaire et l'arrêt du chantier durant quasiement un an, tous souhaitaient reprendre rapidement une activité. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live