CHU de La Réunion : la réalité virtuelle pour soulager la douleur

santé
Réalité virtuelle pour soulager la douleur
Image d'illustration ©Pixabay
Le CHU de La Réunion est le premier établissement de santé de l’île à déployer la technique de la réalité virtuelle pour le traitement de la douleur des patients.
 
Le dispositif de réalité virtuelle a ainsi été déployé sur les sites de Saint-Louis et au centre de rééducation du Tampon.

Dans les faits, le système utilise les dernières technologies numériques pour immerger le patient, souffrant de douleurs chroniques, dans un univers en 3D. Avec des appareils électroniques, généralement des lunettes ou des écrans, des images ou des scènes sont introduites dans le champ visuel du patient. Grâce à divers jeux adaptés à la localisation de leur pathologie, comme le bowling, le ski ou le tir à l’arc, les patients sont amenés à réaliser les mouvements adaptés pour soulager leurs douleurs.

Le principe est de simuler une situation :
  • dans laquelle l’apprenant pourra avoir des réponses physiologiques, comportementales, émotionnelles, intellectuelles et éthiques similaires qu’en situation réelle,
  • enrichir la simulation en réalité virtuelle par la réalité augmentée en permettant au patient de manipuler réellement les objets et outils habituels, tout en bénéficiant des avantages de la réalité virtuelle : simulation, immersion, scénarisation…
 

Plonger dans un autre univers pour oublier la douleur


Quelques séances de réalité virtuelle suffisent pour agir sur l'anxiété et détourner la perception de la douleur. En effet, concentrés sur les exercices à exécuter, les patients oublient leur pathologie et retrouvent ainsi plus de confiance et de mobilité.

La distraction est une méthode courante utilisée par les praticiens pour prendre en charge la douleur durant certaines procédures. Autant la distraction passive, comme regarder la télévision ou lire un livre, que la distraction active comme les jeux interactifs ont fait leur preuve. Mais la réalité virtuelle ouvre le champ des possibles parce qu’elle immerge complètement le patient dans un autre monde tout en faisant intervenir plusieurs sens. Les patients peuvent ainsi prendre part, passivement ou activement, à de nombreux programmes potentiels.

Un spécialiste new-yorkais en neurosciences, David Putrino, a présenté en 2019 les résultats d’une étude démontrant les bienfaits de cette technique. Ainsi, selon cette étude, la réalité virtuelle permettrait de réduire la sensation de douleur des patients avec un taux de réussite de 40%. A titre comparatif, les opiacés, plus traditionnels, ne fonctionnent que dans 30% des cas.

Le Centre de traitement et d’évaluation de la douleur de Saint-Louis reçoit ainsi plus de 1 000 patients en consultations médicales par an. Un tiers d’entre eux devrait pouvoir profiter de cette technique.