publicité

CHU : FO et la CFTC en grève jusqu’au 14 février

La CFTC et FO Santé sont entrés en grève ce mercredi 7 février. La veille, la CFDT annonçait de son côté suspendre le mouvement qu’elle avait entamé seule le 30 janvier.

© Réunion la 1ère
© Réunion la 1ère
  • Par Lise Hourdel
  • Publié le , mis à jour le
Près d’une centaine de personnes ont répondu ce matin, à Saint-Denis et Saint-Pierre, à l’appel à la grève lancé par FO Santé et la CFTC. Les syndicats se mobilisent notamment contre les suppressions de postes et de lits prévus par le plan de retour à l’équilibre de la direction, validé lors du Copermo du 31 janvier dernier. Piquet de grève et distribution de tracts sont au programme pour les grévistes, mobilisés sur leur temps de repos pour ne pas pénaliser les patients.

Le collectif des « soignants au bord du gouffre », à savoir le personnel des Urgences du CHU Sud s’est lui aussi mobilisé en débrayant ce matin. Il réclame que des mesures pour améliorer les conditions de travail soient prises en attendant le déménagement des Urgences dans le nouveau bâtiment. Un mouvement de protestation qui a reçu le soutien du collectif des laborantins, créé en décembre dernier. Eux sont menacés par la suppression de 10 postes, du fait de la réorganisation de la charge de travail en faveur du Nord.

La grève, entamée ce mercredi 7 février, pourrait se poursuivre jusqu’au 14 février, selon Jean-Yves Hoarau de la CFTC Santé. Cela correspond à la prochaine convocation du Comité Technique d’Etablissement. Les syndicats espèrent que le chiffrage de l’investissement, décidé par la Copermo, leur sera précisé, entendez le montant de l’enveloppe mais surtout sa répartition.

Rencontre avec la direction

FO et la CFTC ont discuté ce mercredi 7 février avec le directeur du CHU, Lionel Calenge, pour lui exprimer leur opposition aux modalités du plan de retour à l’équilibre et faire part de leurs attentes. Il a également été demandé à la direction de confirmer et préciser les annonces faites la veille par la CFDT. Des engagements auraient en effet été pris, d’où la suspension des actions du syndicat. L’avenir de l’hôpital de Cilaos aurait également été évoqué, confirmation est donc attendue.

Selon Jean-Yves Hoarau, la CFTC attend donc le communiqué de la direction du CHU Réunion avant de d’envisager tout repositionnement quant à sa mobilisation. Un rendez-vous a d’ores et déjà été demandé auprès de la direction de l’ARS, avant la tenue du prochain Comité Technique d’Etablissement le 14 février prochain.

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play