Chute des réservations hôtelières à cause du confinement en métropole

tourisme
hotel créolia
hotel créolia ©Daniel Fontaine
Suite à la mise en place du confinement dans l’Hexagone et au rétablissement des motifs impérieux pour voyager, plusieurs hôteliers ont vu leurs réservations s'écrouler. Déjà durement touché lors du premier confinement, ils espéraient remonter la pente en cette période de fin d’année...
A l’hôtel du Tulip Inn, à Sainte-Clotilde, le téléphone de la réception n’a quasiment pas sonné du week-end. Pas un client n’a donc appelé pour réserver une chambre. Avec le retour du confinement dans l’Hexagone, la situation devient problématique pour les hôteliers.

"Depuis le 17 mars, on tourne avec 30 à 40 % de remplissage avec un tarif qui a baissé de 50%. Nous pensions que le confinement en métropole allait nous permettre de récupérer la clientèle touristique à La Réunion pour remplir nos hôtels. Malheureusement, cela n’est pas possible", déplore Jivan Mamodaly, le directeur de l’hôtel dionysien.
 

La clientèle locale n'est pas suffisante


Ce n’est pas possible en effet en raison du rétablissement des motifs impérieux pour voyager entre La Réunion et la métropole. Comme l’explique la compagnie aérienne Air Austral sur sa page Facebook, tous les déplacements en provenance et à destination de notre île et de Mayotte sont interdits sauf pour des raisons d’ordre personnel ou familial, ou pour des raisons de santé ou professionnelles.
 
Depuis le début de cette crise sanitaire, les professionnels du secteur ont pu certes se tourner davantage vers la clientèle locale. La Région Réunion a par exemple mis 17 millions d’euros sur la table avec le chèque tourisme "Mon Île 974" afin d’inciter les Réunionnais à fréquenter davantage les hôtels ou encore les restaurants, mais cette mesure a ses limites.

"Tant qu’il y a ces aides de la Région, la clientèle locale consomme et dépense avec cet argent mais à partir du 31 janvier, je ne sais pas quel dispositif sera mis en place. Et puis, ne vivre qu’avec la clientèle locale dans un hôtel à La Réunion, ça n’est pas possible", explique encore Jivan Mamodaly. L’hôtel n’a pas d’autres solutions que de casser les prix. "L’avenir est incertain", lâche-t-il. "On travaille au jour le jour".
 

Encore du personnel au chômage partiel


Au Créolia, qui fonctionne principalement avec une clientèle d’affaires, l’application des mesures sanitaires a également été lourde de conséquences. "Avec le confinement, nous avons perdu énormément au niveau de notre chiffre d’affaires. En 48 heures, nous avons perdu 15% de notre portefeuille au niveau des réservations, C’est-à-dire qu’on a eu beaucoup d’annulation de réservations", indique Katleen Mananjara, la directrice de l’hôtel dionysien.
 
hotel créolia
hotel créolia ©Daniel Fontaine

Les salles de séminaire sont tout aussi vides. Et la situation semble aller en se dégradant. L’établissement a pu rebondir pendant les dernières vacances scolaires grâce à la clientèle locale, mais depuis la rentrée, les chambres d’hôtels sont à nouveau vides. Les effectifs ont donc été réduits au minimum. Une partie du personnel –que ce soit au niveau du restaurant ou de l’hébergement- a été mis au chômage partiel.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 
 
Chute des réservations dans les hôtels en raison du confinement dans l'Hexagone