Cinéma : Yves Ethève redoute le clap de fin

cinéma
26ème édition du festival international de cinéma au cinéma Moulin à Café de Saint-Pierre à la Ravine des Cabris 161020
©Suzette Emma

L'annonce du couvre-feu et des nouvelles jauges en vigueur dans les salles de cinémas et de spectacles vont fortement impacter les professionnels réunionnais. Yves Ethève, patron de Mauréfilms, craint même la fermeture des salles en cas de modification des horaires du couvre-feu.

Fête du cinéma, actions de promotions... Les professionnels ont redoublé d'efforts et d'ingéniosité pour rassurer le public et le convaincre de fréquenter à nouveau les salles obscures après le confinement et les conséquences de la crise Covid. 

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

De nouvelles restrictions dans les cinémas, il faudra désormais laisser des places vides supplémentaires

 

Un maximum de deux spectateurs côte à côte

 

L'annonce du préfet de La Réunion concernant un durcissement des mesures sanitaires inquiète les professionnels. A compter de ce mercredi 24 février 2021, le public devra impérativement laisser une distanciation d'un siège entre chaque personne. Les spectateurs pourront, au mieux, être à deux pour rester côte à côte. Plus question de groupe, même pour les membres d'une famille. 

Sur le plan pratique la mesure n'est pas très compliquée à mettre en place, car les sièges sont numérotés et attribuables de manière individuelle. En revanche, c'est sur le plan financier que les difficultés sont attendues. 

Interview Yves Ethèves gérant du cinéma de Cambaie

Avec une jauge variable en fonction des groupes de six personnes, les professionnels pouvaient espérer un remplissage de 50 %. Ces nouvelles mesures vont contraindre encore un peu plus le nombre d'entrées et les recettes qu'elles génèrent. Un manque à gagner qui se chiffre à 1,2 million d'euros pour la société Mauréfilms selon Yves Ethève. 

Si la situation continue à se dégrade, ce sera la rupture"

 

L'annonce du couvre-feu s'ajoute au chapitre des mauvaises nouvelles. "Nous sommes obligés de réduire le nombre de séances avec une dernière projection programmée au plus tard à 19h30 pour permettre aux spectateurs de rentrer chez eux" a expliqué Yves Ethève.

Le patron de Mauréfilms craint même de devoir tirer un rideau noir sur les salles obscures. "Si la situation continue à se dégrader et que le couvre-feu est avancé à 20 heures, alors ce sera la rupture. Pour nous il n'y aura pas d'autres options que de fermer nos établissements" a-t-il encore confié avant de lâcher, dépité, "de toute façon, dans ces conditions, les gens ne viendront plus au cinéma".