Climat : notre poisson, L'armé, débarque en mer Méditerranée

écologie
Rascasse volante, L'armée
©Wikipédia
Les biologistes marins constatent l'invasion de la Méditerranée par des rascasses-volantes, appelées à La Réunion, des "L'armé". Ces poissons tropicaux sont de redoutables prédateurs pour les espèces endémiques. Ils éradiquent toute concurrence dans le lieu qu'ils colonisent.

La rascasse-volante, aussi connue sous le nom de poisson-lion ou "L'armé" à La Réunion est une espèce invasive. Les biologistes qui étudient la Méditerranée s'inquiètent de son arrivée et de son expansion rapide. Cette espèce tropicale, aux ardillons venimeux, prospère faute de prédateurs. La rascasse-volante profite de la hausse sensible des températures dans la région méditerranéenne pour étendre son territoire. 

Dans notre île, les pêcheurs en canot ont l'habitude d'en attraper. Une fois, les excroissances dangereuses éliminées, le "L'armé" devient un met de choix. Cuisinée en cari, sa chair blanche et délicate est comparable au Rouge (mérou). Il n'apparaît pas aux cartes des restaurants. Il est rare et souvent capturé en petite quantité. C'est un poisson essentiellement consommé en famille par les pêcheurs.

La Méditerranée se réchauffe plus vite que les océans

 

La rascasse-volante, marque les esprits par son apparence spectaculaire et inquiétante. Elle est identifiée comme une menace pour l'environnement depuis des décennies. Les premiers incidents sont dus à des aquariophiles amateurs qui ont libéré leurs "l'armés" loin des tropiques, mais sous des latitudes où ils sont parvenus à s'acclimater. Quelques années plus tard, les scientifiques constataient une disparition importante d'espèces de petits poissons et de crustacés endémiques, écrit novethic.fr

Le WWF (World Wide Fund for Nature) s'inquiète, également, de la rapidité avec laquelle le poisson-lapin (Lagocephalus sceleratus) aussi appelé poisson-ballon s'étend dans cette mer, presque fermée. Il est pêché le long des côtes israéliennes, grecques, et même italiennes. Exclusivement herbivore, il dévore les "champs" d'algues et détruit l'environnement des espèces endémiques. Le risque d'extinction de cette biodiversité est réel.

"Les pêcheurs ont un grand rôle à jouer souligne le WWF dans son rapport. Ces deux espèces sont comestibles, il y a donc une opportunité pour créer une demande de la part du consommateur et viser ces poissons délibérément", conclue le WWF, dans ce rapport publié en juin 2021.