Cluster à la prison du Port : 51 cas positifs chez les détenus, 9 parmi le personnel

coronavirus
La prison du Port, à La Réunion.
La prison du Port, à La Réunion. ©Daniel Fontaine
Les résultats des opérations de dépistage menées ces derniers jours sont tombés : 51 détenus et 9 personnels de la prison du Port sont positifs au Covid. Deux unités du quartier bas ont dû être réorganisées.

Lundi 23 août, une vingtaine de cas positifs parmi les détenus de la prison du Port et au moins six cas positifs chez les personnels étaient confirmés. Des opérations de dépistage ont ainsi été menées. Elles se sont poursuivies hier, mardi 24 août.

Des opérations de dépistage

Ce mercredi 25 août, on dénombre 26 détenus de plus, sur le bâtiment B, positifs au Covid. Un personnel qui s’est fait tester personnellement lundi après-midi est également positif. Son épouse l’a averti alors qu’il se trouvait sur son lieu de travail hier. Il a de suite avisé la direction et quitté l’établissement. 

51 détenus et 9 personnels positifs au Covid

A total, 51 cas positifs au Covid seront comptabilisés chez les détenus de la prison du Port, et 9 cas positifs parmi les personnels. Le quartier bas est uniquement concerné. Les détenus contaminés sont regroupés dans le quartier des arrivants et le bâtiment B.

Le reportage de Réunion La 1ère : 

 

Réorganisation du quartier bas de la prison

Une réorganisation des deux unités du quartier bas a dû être mise en place, car il n’y avait plus de place dans le quartier des arrivants. Toutes les activités collectives sont suspendues pour ce quartier, seul les entretiens individuels à caractère d’urgence sont maintenus. Le suivi médical est assuré par l’unité sanitaire.

Un CHSCT spécial prévu en début de semaine

Les personnels contaminés sont, ou ont déjà été, mis en isolement chez eux avec le contact tracing. Aucune forme sévère n’a été détectée, il n’y a donc pas eu d’hospitalisation à ce jour. 

Pour Stéphane Difernand, secrétaire local FO à la prison du Port, la direction a tardé à réagir. Selon le syndicaliste, des dispositions auraient dû être prises dès vendredi. " Dès vendredi, notre syndicat avait demandé à la direction de cesser toute activité, les parloirs et les promenades. La direction nous a dit que ce n’était pas possible. Résultat, le week-end dernier, les détenus ont pu avoir accès aux parloirs et ils ont pu effectuer leur promenade ".

Il indique que " les collègues se sont sentis abandonnés par la direction et sont toujours inquiets ". Ils craignent que le bilan ne s'alourdissent encore. Le syndicat demande à la direction que des tests de dépistage soient pratiqués à J+7 auprès des détenus et que plus de moyens soient déployés pour le personnel. " On a toujours demandé à ce que tout le personnel qui travaille en détention soit équipé de combinaisons et de masques FFP2. Ce n’est toujours pas fait. La direction nous a dit qu’elle n’achètera pas de masques FFP2 car cela n’est pas prévue par la procédure et la circulaire ".

Un CHSCT spécial se tiendra en début de semaine prochaine.