publicité

La COI : la voix des petits états insulaires auprès des Nations unies

Une délégation de la Commission de l’océan Indien (COI) participe, dans le Pacifique, à la troisième conférence internationale des Nations unies sur les Petits Etats Insulaires en Développement (PEID), du 30 août au 4 septembre. 

Jean-Claude de l'Estrac, Secrétaire général de la COI, à Apia, capitale des Samoa, lors de la 3ème Conférence internationale des Nations unies sur les Petits Etats insulaires en développement (PEID) © COI
© COI Jean-Claude de l'Estrac, Secrétaire général de la COI, à Apia, capitale des Samoa, lors de la 3ème Conférence internationale des Nations unies sur les Petits Etats insulaires en développement (PEID)
  • Réunion 1ère
  • Publié le , mis à jour le
«Vu la situation d’urgence écologique et économique de nos îles, nous voulons faire de  cette conférence un tournant majeur pour l’avenir des PEID », a précisé Jean Claude de l’Estrac.  La COI fera entendre la voix des PEID de l’océan Indien dans les débats sur les orientations et politiques mondiales de développement durable. A l’occasion des séances plénières, le Secrétaire général présentera, au nom des PEID membres de la COI, un plaidoyer qui portera notamment sur la demande d’un traitement différencié et spécifique pour ces pays.
 
Dès son arrivée à Samoa le 29 septembre, le Secrétaire général de la COI a participé à un dialogue de haut niveau sur le thème du développement et le rôle du secteur privé. Lors de cette session, qui a été ouverte par le Secrétaire général des Nations unies, il a insisté sur la responsabilité politique dans l’amélioration de la connectivité aérienne, maritime et numérique qui est un outil de facilitation indispensable des activités du secteur privé pour le développement. 
 
De même il a pris part à une réunion de travail avec deux institutions spécialisées dans le domaine de changements climatiques : le Secrétariat du Pacifique et son Programme régional pour l’environnement (SPREP) et la Communauté Caribéenne et son Centre régional sur le changement climatique (CCCCC). Cette rencontre a été organisée avec  le soutien technique du Secrétariat du Commonwealth (COMSEC). Le but de cette réunion était de poser les jalons pour l’échanges d’information et d’expériences interrégionales afin d’améliorer la capacité de résilience dans les régions.
 
En marge de la conférence, la COI anime un événement consacré à la coopération régionale: passerelle pour le développement de partenariats dans la région océan Indien. A son issue, le « Défi côtier de l’océan Indien occidental» (Western Indian Ocean Coastal Challenge - WIOCC) sera officiellement lancé. Cette initiative des Seychelles vise à mobiliser les pays de l’océan Indien et d’Afrique orientale autour des actions concrètes en vue de renforcer leur résilience. A cette même occasion, un protocole d’accord entre la COI et l’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) sera signé afin de renforcer les compétences météorologiques pour mieux lutter contre les aléas climatiques dans l’Indianocéanie.
 
Au total, la COI participe activement à une vingtaine de rencontres, ateliers et conférences avec de nombreux partenaires, dont la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) avec laquelle la COI travaille étroitement depuis plusieurs années, le SPREP, la CCCCC, le Partenariat insulaire mondial (GLISPA), le COMSEC, l’Organisation internationale de la Francophonie... C'est donc l’occasion, pour la COI,  d’initier ainsi de nouvelles collaborations avec d’autres régions du monde.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play