publicité

Comment les ouvriers du BTP gèrent les fortes températures ?

En pleine saison estivale, les températures peuvent monter jusqu’à 40 degrés en fonction de l’endroit où l’on se trouve. Les conditions de travail sont extrêmes pour les ouvriers du BTP qui sont obligés de faire leur métier sous un soleil de plomb.

Les ouvriers du BTP font leur rentrée sous un soleil de plomb. © Réunion La 1ère
© Réunion La 1ère Les ouvriers du BTP font leur rentrée sous un soleil de plomb.
  • Virginie Coent / Jacques Payet
  • Publié le
De 7h à 12h puis de 13h à 16h, Claude, maçon, est sous le soleil à la Rivière des Cabris. Il est ouvrier du BTP et subit de plein fouet les attaques du soleil. Il doit s’adapter, comme tous les ans, aux conditions climatiques difficiles que lui impose son métier.
 

Boire de l'eau et se protéger

Comme ses collègues qui travaillent dans le bâtiment, les bouteilles d’eau sont les meilleures amies du quinquagénaire. Heureusement, il n’en manque pas : "il y a un gentil voisin qui nous apporte de l’eau glacée au moins trois fois par jour", explique-t-il reconnaissant. Malgré les risques liés à leur sécurité, bon nombre de travailleurs ont remplacé leur casque de chantiers par une casquette. Plus agréable à porter selon eux, car elle tient moins chaud. Le couvre-chef est de toutes façons indispensable pour éviter les insolations comme le précise Gilbert, chef de chantier : "c’est obligé, si on ne se protège pas, on peut tomber malade ou prendre un coup de soleil". Bernard, ouvrier, précise quant à lui qu’il n’y a pas de répit dans la profession en période estivale : "du démarrage à la charpente, tout est difficile car on a pas de parasol".

Regardez le reportage de Jacques Payet et Laurent Josse :
Grosse chaleur pour la reprise du BTP
 

Pas d’aménagement d’horaires

En pleine saison estivale, les températures peuvent grimper jusqu’à 40 degrés à La Réunion. Même s’ils sont habitués, ces conditions n’en sont pas moins compliquées pour les employés du BTP qui sont, pour la plupart du temps, en plein soleil. Il n’y a pas d’aménagement d’horaires en temps de fortes chaleurs, mais Claude prend la vie avec philosophie : "si on est à l’ombre c’est bon, si on est en plein soleil on fait avec". Soleil ou pas, les artisans devront donc finir leur besogne avant de pouvoir se réfugier sous l’ombre d’un palmier, pour un repos bien mérité.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play