Comores : le ministre des Finances présente ses excuses à la presse

politique
Kamalidini Souef, ministre des Finances et du Budget des Comores
Kamalidini Souef, ministre des Finances et du Budget des Comores ©Capture d'écran HarabizaComores
Le ministre des Finances et du Budget des Comores se disait prêt à faire appel à des hommes de main pour faire taire les journalistes. Le syndicat des journalistes comoriens avait dénoncé cette déclaration publique très inquiétante. Finalement, le mis en cause s'est excusé...

Après des jours de polémique, Kamalidine Souef, ministre des Finances et du budget, a présenté ses excuses pour avoir tenu des propos choquants, écrit-il.

Le syndicat des journalistes comoriens avait publié un communiqué pour dénoncer ses déclarations lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur. Fin septembre 2021, RFI écrivait : "Que ce soit bien clair, si les journalistes disent ce qu’ils veulent, je ferai aussi ce que je voudrais". Pour Ali Oubeidillah, le secrétaire général du syndicat national des journalistes, on ne pouvait être plus limpide : "II a des milices qu’il va utiliser pour s’en prendre à tout journaliste qui osera le critiquer, ça fait peur".

Ces propos étaient pris au sérieux dans un pays où la liberté de la presse est un combat quotidien et où les opposants au pouvoir sont muselés et interpellés pour la moindre manifestation. 

Le coût du voyage du ministre au USA à l'origine de la polémique

 

Cette tension était liée à la publication par Fcbk Fm de la facture de 32 millions 756 475 francs comoriens (66 594 euros) pour le voyage du ministre et ses deux conseillers. Ils se sont rendus à Washington pour participer à une réunion avec le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale. Le montant du séjour a provoqué une indignation générale dans la population, même si ces rencontres sont nécessaires.

Compte tenu de la situation financière de l'archipel, les observateurs s'interrogeaient sur la possibilité de faire quelques économies. Les menaces physiques officielles du nouveau membre du gouvernement n'avaient, à l'époque, pas provoqué de réaction de la part de l'exécutif. Le porte-parole du gouvernement, interrogé, avait indiqué que les propos du ministre n'engageaient que lui. 

Finalement de retour et devant l'ampleur médiatique de l'incident, le ministre des Finances a présenté ses excuses aux journalistes pour ses propos.