Conférence territoriale de l’action publique : 786 millions d’euros pour relancer l’économie réunionnaise

politique
Pyramide inversée
©Région Réunion
La quatrième conférence territoriale de l’action publique réunit ce mercredi 2 décembre les représentants de collectivités à la Pyramide inversée. Pour les trois prochaines années, une enveloppe de 786 millions d’euros a été accordée dans le cadre du plan de relance.
C’est une instance qui a tendance à passer sous le radar. La conférence territoriale  de l’action publique (CTAP) réunit autour d’une même table le préfet, les présidents des intercommunalités, les représentants des maires de l’île, le président du Département et enfin le président de Région.

C’est Didier Robert qui préside ce mercredi après-midi cette quatrième CTAP se déroulant à la Pyramide inversée. Cette réunion, certes technique, s’avère être indispensable pour donner de la cohérence aux actions menées à chaque niveau de responsabilité.

Il s’agit ne pas s’éparpiller, surtout en cette période où l’Europe sort le carnet de chèque, avec près de 800 millions d’euros à dépenser en trois  ans, dans le cadre du plan de relance. Des subventions largement captées par la Région à qui revient donc la charge de tout répartir.
 

Soutenir les secteurs sinistrés

Didier Robert estime à  786 millions d’euros les subventions supplémentaires accordés  à sa collectivité, au Département et à l’Etat pour ces trois prochaines années. "Jamais La Réunion n’a disposé d’autant de moyens dans un laps de temps aussi réduit", a-t-il déclaré juste avant le début de cette réunion.

Pour le président de Région, c’est certes l’occasion de panser les plaies de la crise sanitaire, mais c’est aussi l’opportunité de penser le développement de La Réunion. Et ce dernier assure faire du tissu économique sa priorité.
 
Didier Robert a d’ores et déjà annoncé des aides pour les secteurs sinistrés : tourisme, évènementiel, culture, artisanat et commerce de proximité. Personne ne sera oublié. Il s’agira ensuite de créer de l’activité en programmant des chantiers d’ampleur, souligne encore le président du Conseil régional : aménagements pour les transports en communs, rénovation des centres-villes, ou encore  accompagnement de projets hôteliers en gestation,

Reste un écueil à éviter : celui de la dispersion des moyens. Voilà pourquoi Didier Robert souhaite  une concertation entre les collectivités pour s’assurer du portage de projet. Une ingénierie à laquelle pourrait s’associer les techniciens de l’Agence française pour le développement (AFD).

Regarder le reportage de Réunion La 1ère : 
 
Conférence territoriale de l'action publique : 800 millions euros pour relancer l'économie réunionnaise