Confinement pour deux semaines et couvre-feu à 18h dès samedi à La Réunion

coronavirus
coronavirus covid rue Saint-Denis Barachois désert
©IPR
Face à la dégradation de la situation sanitaire, le préfet de La Réunion annonce un renforcement des mesures de restriction à partir du samedi 31 juillet, 5h. Un confinement entrera en vigueur de 5h à 18h. Le couvre-feu sera avancé à 18h, jusqu’à 5h.

Je vous le dis avec beaucoup de gravité, la situation est aujourd’hui très inquiétante ", a déclaré le préfet de La Réunion. Une croissance épidémique exponentielle touche le département, qui voit le taux d’incidence passer à 350/100 000 et le taux de positivité grimper à près de 10%.

Le 02 juillet dernier, le taux d’incidence était de 149/100 000 et le taux de positivité de 3,9%, précise Jacques Billant.

La crainte d’un emballement épidémique

La plateforme de contact tracing enregistre actuellement après de 600 cas par jour, le chiffre a été dépassé avant-hier. Les clusters sont dans les milieux professionnels, fêtes ou repas amicaux ou familiaux, les fêtes organisées en dehors des établissements recevant du public, indique-t-il.

" Cette forte dégradation, du fait de la présence du variant Delta, est annonciatrice d’un emballement épidémique que nous n’avons jamais connu jusqu’à présent. La situation a déjà engendré une pression hospitalière très forte sur la réanimation et la médecine. "

Jacques Billant, préfet de La Réunion

Une réalité à mettre en rapport avec la vaccination en net retard et qui ne peut apporter une réponse à notre situation sanitaire très dégradée, insiste Jacques Billant.

Confinement de 5h à 18h et couvre-feu de 18h à 5h pour 15 jours

A partir de ce samedi 31 juillet à 5h, et pour une période de 2 semaines, jusqu’au lundi 16 août à 5h, un confinement sera mis en place de 5h à 18h, et renforcé d’un couvre-feu strict de 18h à 5h. Des mesures qui seront réévaluées dans 10 jours, annonce le préfet de La Réunion.

" Nous nous retrouverons dans 10 jours pour faire le point sur les résultats de nos efforts ", indique Jacques Billant.

Les déplacements en transport aérien restent soumis aux mêmes conditions, à savoir disposer d’un schéma vaccinal complet ou d’un motif impérieux, indique le préfet de La Réunion.

Déplacements pendant le confinement

Le confinement prévoit de limiter les déplacements à un rayon de 10 km autour de son domicile du lundi au samedi, et de 5 km le dimanche, pour limiter les regroupements familiaux et amicaux "si générateurs de contaminations".

Pour se déplacer durant le confinement, il faudra se munir d’un justificatif de domicile et de sa pièce d’identité, aucune attestation n'est nécessaire. Pour aller au-delà du rayon des 10 km, ou de 5 km le dimanche, il faudra remplir une attestation de motif impérieux et la justifier.

Les dérogations à ce rayon relèveront des motifs impérieux suivants :

Motifs professionnels :

  • Déplacement entre le domicile et le travail ou lieu d'enseignement et de formation
  • Recherche d'un emploi
  • Participation à une mission d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative
  • Activité de livraison de nourriture à domicile jusqu'à 22h
  • Présentation à un examen ou un concours
  • Déplacement pour des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle

Motifs de santé :

  • Vaccination
  • Motifs de santé, tels que les soins et les consultations

Motifs familiaux :

  • Motif familiaux impérieux, tels que l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires,
  • La garde d’enfants

Vie quotidienne :

  • Emmener et aller chercher les enfants aux activités périscolaires et centres de loisirs
  • Convocation judiciaire ou administrative
  • Rendez-vous dans un service public pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance
  • Rendez-vous chez un professionnel du droit, pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance
  • Transferts ou transits vers les aéroports dans le cadre de déplacements de longue distance
  • Déménagement résultant d'un changement de domicile
  • Déplacements indispensables à l'acquisition ou à la location d’une résidence principale, insusceptibles d'être différés
  • Activités religieuses et cultuelles
  • Trajets entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité sportive réservés uniquement aux sportifs de haut niveau, aux personnes en formation universitaire ou professionnelle aux métiers du sport, aux personnes disposant d'une prescription médicale d'activité physique adaptée, aux personnes en situation de handicap et de leur accompagnant et aux personnes assurant l'encadrement de ces publics
  • Elèves se rendant dans les établissements d'enseignement artistique spécialisés à l'exception de la danse et de l'art lyrique.

Déplacements pendant le couvre-feu

Pour les déplacements durant le couvre-feu, une attestation permanente ou temporaire justifiant la sortie de chez soi.

Les seuls motifs de déplacement autorisés sont les suivants :

Motifs médicaux :

  • Consultations, examens, actes de prévention (dont vaccination) et soins ne pouvant être assurés à distance ou pour l’achat de produits de santé

Motifs professionnels :

  • Trajet domicile - travail ou avec le lieu d'enseignement et de formation
  • Participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative

Motifs familiaux et personnels :

  • Motif familial impérieux pour l'assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d'enfants
  • Déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant
  • Convocation judiciaire ou administrative
  • Rendez-vous chez un professionnel du droit, pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance
  • Transferts ou transits vers les aéroports dans le cadre de déplacements de longue distance
  • Livraisons de nourriture à domicile jusqu’à 22h 
  • Trajets entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité sportive réservés uniquement aux sportifs de haut niveau, aux personnes en formation universitaire ou professionnelle aux métiers du sport, aux personnes disposant d'une prescription médicale d'activité physique adaptée, aux personnes en situation de handicap et de leur accompagnant et aux personnes assurant l'encadrement de ces publics
  • Déplacements brefs dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile pour les besoins des animaux de compagnie.

Bars, restaurants et salles de sport fermés pour 15 jours

Les bars, restaurants, les salles de sport ou encore les lieux couverts d’activités sportives seront fermés jusqu’à l’application du pass sanitaire. " Pendant les 15 prochains jours, seuls les établissements recevant du public dans lesquels le masque ne peut pas être porté en continu seront fermés ", indique Jacques Billant. Un accompagnement de l’Etat sera mis en place à leur profit.

La vente à emporter des restaurants est autorisée. Les bars et restaurants seront exceptionnellement autorisés à rester ouverts le samedi 31 juillet et le dimanche 1er août entre 5h et 18h.

Les manifestations, telles que les mariages, programmées ce week-end dans des salles dédiées seront exceptionnellement autorisées, sous condition d’application d’un protocole sanitaire strict.

La vente et la consommation de nourriture est interdite dans les établissements clos, tels que les salles des fêtes, les cinémas ou les salles de spectacle.

Les établissements recevant du public dans lesquels il est possible de porter le masque, et répondant à des jauges, continueront de fonctionner. Ils pourront accueillir de la clientèle jusqu'à 18h00. Seuls les commerces vendant des biens et services de première nécessité peuvent rester ouverts. Les stations-services peuvent poursuivre leur activité suivant les horaires habituels, exclusivement pour la vente de carburant. 

Port du masque obligatoire dans l’espace public

Le port du masque est obligatoire dans tout l’espace public couvert ou de plein air, à l’exception des espaces naturels, plages, forêt, espaces de plein air pour les accueils collectifs de mineurs, pour les personnes en situation de handicap, et pour les activités sportives pour les usagers des deux roues.

Les regroupements dans l’espace public restent limités à 6 personnes, y compris dans les espaces naturels, tels que les arrières-plage, les bords de rivières, les kiosques.

Les pique-niques seront interdits pendant ces 15 jours.

Les regroupements privés dans le viseur

Les regroupements festifs dans la sphère privée feront l’objet d’une attention particulière, avec les restrictions suivantes :

  • Pas de prestation de traiteur à domicile
  • Pas de prestation de musique ou de DJ à domicile
  • Pas de transport de matériel de sonorisation à domicile
  • Limitation de la livraison à domicile à 10 couverts

Modalités de travail

La recommandation de 3 jours télé-travaillés par semaine est maintenue. Les réunions en visio-conférence doivent être privilégiées. Les réunions en présentiel ne peuvent réunir plus de 6 participants. Les moments de convivialité restent interdits.

Afin d’accompagner les entreprises, les administrations réunionnaises et leurs salariés ou agents dans le maintien de leur activité et la mise en place de mesures visant à lutter contre l’apparition de clusters professionnels et la propagation épidémique, la Préfecture et l’Agence Régionale de santé proposent deux guides autour "Des gestes qui protègent en milieu professionnel".

A destination des employeurs et des salariés, chacun de ces guides recense les bonnes pratiques et les bons gestes pour limiter la propagation du virus en milieu professionnel. Les guides employeur et salariés sont disponibles sur le site internet de la préfecture.

Jusqu’à 650 cas positifs par jour

La Réunion n’a pas pu gagner la course de vitesse contre le virus et contre ses variants ", affirme Martine Ladoucette, la directrice de l’ARS. Le nombre de cas contaminés a doublé en une semaine avec un pic journalier de 500 cas et avant-hier de 650 cas sur une journée. Une personne sur 3 présentant les symptômes est contaminée, et quatre personnes sur 100 asymptomatiques sont aussi contaminées, preuve que le virus circule à bas bruit.

La dégradation s’observe sur toutes les tranches d’âges et dans toute l’île, explique la directrice de l’ARS. Le variant Delta, 6 fois plus contagieux lorsqu’on ne respecte pas les gestes barrière et faute de vaccination, représente un quart des cas contaminés.

La réanimation au bord de la saturation

Pour Martine Ladoucette, il faut agir vite et fort. La directrice de l’ARS lance un message d’alerte pour les hospitalisations. 47 personnes sont hospitalisées en réanimation pour Covid depuis hier, sur 117 lits de réanimation.

Cela impacte les autres patients qui ont besoin de soins en médecine ou chirurgie, car le tiers des blocs opératoires est fermé pour libérer des lits de réanimation, et 74 lits de médecine spécialisée sont reconvertis en lits de médecine Covid. " Il n’est pas normal que les services de réanimation soient régulièrement au bord de la saturation, comme c’est le cas aujourd’hui ", affirme-t-elle.

Le renfort national prenait jusqu’à présent la forme de personnels supplémentaires, un renfort qui s’annonce cependant moindre compte-tenu de la situation sanitaire et de la période, les ressources disponibles n’étant plus les mêmes, indique Martine Ladoucette. Le renfort national peut aussi prendre la forme d’évacuations sanitaires vers la métropole, ainsi que d’une aide militaire, " toujours possible lorsque le moment l’exige ", ce qui n’est pas encore le cas, ajoute la directrice de l’ARS.

La vaccination faute de traitement

Pour Martine Ladoucette, la vaccination est le seul moyen de sortir le plus rapidement possible de la pandémie. Il s’agit d’un moyen de prévention, a fortiori lorsqu’on ne dispose pas d’un traitement qui aurait fait la preuve de son efficacité, insiste-t-elle.

Moins de 35 000 événements indésirables ont été comptabilisés depuis le début de la campagne vaccinale en France. Plus de 85% d’entre eux sont considérés comme "non graves", nausées, fièvre ou douleurs passagères, indique Martine Ladoucette.

" L’agence Nationale de la sécurité du Médicament considère aujourd’hui qu’il n’y a aucun décès en France, depuis le début de la campagne vaccinale, que l’on peut rattacher directement à la vaccination, même s’il est intervenu après la vaccination. "

Martine Ladoucette, directrice de l’ARS

94% des personnes contaminées ne sont pas vaccinées et 85% des entrées en hospitalisations sont le fait de personnes non-vaccinées, affirme la directrice de l’ARS. Elle fixe pour objectif : 49% de la population réunionnaise vaccinés d’ici la fin août, 80% d’ici la mi-novembre.