Convention canne : les négociations reprennent en préfecture, les planteurs lèvent leur barrage au Barachois

agriculture
Les planteurs mobilisés devant la préfecture Réunion
Les planteurs mobilisés devant la préfecture ©Claudette Vaïtilingom
A Saint-Denis, au Barachois, vers 17h, les planteurs ont levé leur barrage en place depuis 12h, ce mardi 12 juillet. Vers 16h, la réunion a commencé entre planteurs et industriels à la préfecture pour tenter de trouver une issue au 16e jour de conflit sur la convention canne.

Vont-ils trouver un accord sur la convention canne ce mardi 12 juillet ? Une réunion a commencé vers 16h à la préfecture de Saint-Denis entre les planteurs, les industriels et les représentants de l’Etat. Elle est considérée comme "la réunion de la dernière chance".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Au 16e jour de conflit sur la convention canne, une réunion se tient en préfecture entre les planteurs et les industriels. Avant de débuter les négociations, les planteurs ont levé leur barrage sur le Barachois.

A l’extérieur, vers 17h, les planteurs ont levé leur barrage, préalable exigé par le préfet de La Réunion, Jacques Billant pour que les négociations se poursuivent. Depuis midi, les planteurs bloquaient la circulation sur le Barachois, axe stratégique qui mène à la Route du Littoral. 

Une réunion entre planteurs et industriels a lieu à la préfecture, mardi 12 juillet
Une réunion entre planteurs et industriels a lieu à la préfecture, mardi 12 juillet. ©Imaz Press

16e jour de conflit

L’objectif est de se mettre d’accord sur la prochaine convention canne. Depuis 16 jours, le conflit s’enlise, chaque partie campe sur ses positions et la campagne sucrière n’a toujours pas démarré. Elle aurait dû être lancée la semaine dernière dans l’Est de l’île et cette semaine dans l’Ouest.

Ces derniers jours, la balle est dans le camp de Téréos qui refuse jusqu’à présent les conditions proposées par les planteurs et par l'Etat. En visite à La Réunion, la semaine dernière, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s’était pourtant montré optimiste à son départ de l’île, samedi, estimant que "le dossier devrait avancer sous peu".

Les planteurs mobilisés devant la préfecture Réunion
Les planteurs mobilisés devant la préfecture ©Claudette Vaïtilingom

Soutiens d’élus, des transporteurs et des dockers

Les planteurs maintiennent la pression sur l’industriel Tereos. Ils ont reçu les soutiens d’élus, des transporteurs, mais aussi des dockers ce matin. La CGTR Ports et Docks a déposé un préavis de grève pour le Grand Port Maritime à partir de lundi.

Une réunion entre les planteurs et les dockers se tient au Port. Réunion
Une réunion entre les planteurs et les dockers se tient au Port. ©Alexandra Pech

Un mouvement qui se renforce

"Le mouvement se renforce de tous les côtés, prévient Emmanuel Tailamé, secrétaire général de la FDSEA. Si l’Etat ne met pas Tereos au pied du mur pour qu’il nous mette quelque chose sur la table, alors le mouvement ne fera qu’amplifier".

Hier encore, les planteurs ont mené plusieurs actions. Ils ont bloqué l'usine du Gol, à Saint-Louis, mais aussi  les sites de Langevin, des Casernes et la balance Tamarin de La Saline. Ils avaient aussi déversé des cannes sur le Barachois, face à la préfecture. Lieu symbolique puisque c’est peut être à la préfecture qu’un accord pourrait être trouvé ce soir. Dans le cas contraire, un durcissement du mouvement des planteurs est à prévoir.

Pourquoi négocier une convention canne ?

La convention canne 2022-2027 doit régir toute la filière pour ses cinq prochaines années. Sans convention canne signée à ce jour, les planteurs ne savent pas combien ils seront rémunérés. Tereos veut une baisse du prix de la tonne de cannes payée à ses fournisseurs. Mais face à des coûts de production qui explosent, et un pouvoir d’achat en chute libre, les planteurs refusent de voir le prix de la canne baisser.