Coronavirus : 13 décès et 1 025 nouveaux cas en une semaine à La Réunion

coronavirus
Coronavirus illustration
©Imaz Press

La situation n'a jamais été aussi tendue à La Réunion avec un taux d'incidence qui atteint désormais les 120 cas pour 100 000 habitants. La préfecture et l'Agence Régionale de Santé confirment, ce mardi 30 mars, 13 nouveaux décès et 1 025 nouveaux cas de coronavirus dans l'île du 20 au 26 mars 2021

Les chiffres communiqués ce mardi 30 mars par la préfecture de La Réunion et l'Agence Régionale de Santé sont particulièrement inquiétants, confirmant ainsi l'analyse des données publiées par Santé Publique France.

Les derniers chiffres sur 7 jours montrent une augmentation préoccupante du nombre de cas avec un taux d’incidence hebdomadaire désormais au-dessus du seuil de 120/100 000 habitants et un taux de positivité au-dessus du seuil de 5% (Il est à 6%). Quant à la proportion de variantes Covid-19, elle est toujours plus grande.

Un taux d'incidence de 120 cas/100 000 habitants

La préfecture et l'ARS annoncent ainsi ce mardi soir le décès de 13  patients âgés de plus de 50 ans, dont 1 evasan, au cours de ces 7 derniers jours.

Autre chiffre témoignant de l'aggravation de la situation : les autorités confirment 1 025 nouveaux cas de Covid-19 à La Réunion sur cette même période du 20 au 26 mars, et donc un taux d’incidence hebdomadaire en agumentation (120 pour 100 000 habitants contre 109 cas la semaine précédente).

Le couvre-feu, efficace ?

Est-à-dire que la mesure du couvre-feu, en vigueur depuis le 5 mars dernier, n'a pas porté ses fruits ? Interrogé par Christelle Floricourt dans le journal de 19h, le Dr Bernard-Alex Gaüzère se veut plus nuancé.

"S’il n’y avait pas eu de coup de frein avec le couvre-feu, ces chiffres auraient peut-être été plus importants", estime le spécialiste. "Ce n’est pas une explosion du nombre de cas, c’est une montée lente mais inexorable. Peut-être que le couvre-feu a fini par ralentir la courbe de l’épidémie mais personne ne peut répondre à cette question".

Les explications du Dr Bernard-Alex Gaüzère sur Réunion La 1ère :

Le docteur Gaüzère fait le point sur la situation

Qu'en est-il de la situation dans les hôpitaux de l'île ? Les chiffres restent assez stables sur ces trois à quatre dernières semaines, observe le Dr Gaüzère. On recense entre 130 et 150 hospitalisés Covid et entre 50 et 60 patients en réanimation. L'activité est forte mais "tout est encore sous contrôle dans les services de réanimation".

90,2 % de cas autochtones

Sur les 1 025 nouveaux cas annoncés :

  • 1 014 cas sont classés autochtones
  • 8 cas sont classés importés
  • 3 sont classés importés evasan.

Du 20 au 26 mars, 1 462 tests ont été criblés pour identifier une souche de variant. Sur ces 1 462 tests, on comptabilise 975 cas de variantes Covid (902 sud-africains ou brésiliens et 73 britanniques), soit une proportion de 66,5% (contre 61,2% la semaine passée).

Compte tenu des 14 828 guérisons et des 115 décès depuis le début de la crise sanitaire, 1 643 cas sont encore actifs à ce jour.

16 586 cas ont été investigués à ce jour par l’ARS, Santé publique France et l’Assurance Maladie, dont 90,2% sont des cas autochtones.

54 lits de réanimation occupés

Au 30 mars, 54 lits de réanimation étaient occupés par des patients positifs à la Covid-19 dont 38 patients réunionnais sur les 122 lits de réanimation comptabilisés sur le territoire réunionnais. La proportion de patients réunionnais continue d’augmenter.

32 clusters actifs

Au 30 mars 2021, 32 clusters sont actifs et 165 clusters ont été clôturés. 

Parmi les clusters actifs  :

  • 7 clusters de « criticité élevée » se situant à Le Port (1), l’Etang-Salé (1), Saint-Joseph (1), Saint-Louis (1), Saint-Paul (2) et Saint-Pierre (1).
  • 8 clusters de « criticité modérée » se situant à Saint-André (1), Saint-Benoit (1), Saint-Denis (2), Saint-Paul (1) et Saint-Pierre (3).

Progression active de l'épidémie

Les indicateurs montrent une aggravation de la situation avec une poursuite active de l’épidémie de Covid-19 à La Réunion.

Il est à noter :

  • un taux d’incidence en forte augmentation de 34,9% chez les plus de 65 ans (122,2/100 000) et de 15,1% chez les 15-24 ans (135,9/100 000)
  • un taux d’incidence à 152,8/100 000 chez les 25-34 ans en légère baisse,
  • un taux d’incidence à 147,7/100 000 chez les 35-44 ans en légère baisse,
  • un taux d’incidence à 78/100 000 chez les plus de 75 ans en baisse de 2,5%
  • un taux de positivité des tests à 6 % au-dessus du seuil de vigilance (5%),
  • un nombre de dépistage qui progresse (+ 4,7%).

La préfecture et l'ARS rappellent qu'en toute circonstance, au travail, en famille ou entre amis, il est essentiel que chacun continue à être vigilant : maintenir les gestes barrières, limiter ses interactions sociales et respecter la mesure du couvre-feu.

Les autorités sanitaires rajoutent qu'il "est également essentiel pour les personnes prioritaires de se porter volontaire pour la vaccination".

La campagne de vaccination élargie aux personnes de 50 ans et plus

Au 27 mars, 33 024 personnes ont été vaccinées (première dose). Compte-tenu des 63 000 doses supplémentaires attendues pour ces prochaines semaines, l’ARS de La Réunion élargit la campagne de vaccination aux personnes âgées de plus de 50 ans avec comorbidité, dès le 7 avril 2021.

Les personnes prioritaires éligibles pour la vaccination sont :

  • Les résidents d’EHPAD et les patients âgés hospitalisés dans les établissements de santé dont les services de soins de suite et de réadaptation
  • Les personnes âgées hébergées en résidences autonomie, résidences services et autres lieux de vie spécialisés
  • Les personnes en situation de handicap hébergées en maisons d’accueil spécialisées et foyers d’accueils médicalisés
  • Toute personne âgée de plus de 70 ans
  • A compter du 7 avril, toute personne de 50 ans et plus avec pathologie à risque définie par le Haut Conseil de Santé Publique (actuellement cela concerne uniquement les 60-69 ans)
  • Les patients ayant une pathologie à très haut risque Covid-19
  • Les professionnels de santé salariés et libéraux
  • Les personnels des établissements et services médico-sociaux pour personnes âgées ou personnes en situation de handicap
  • Les personnels des services d’aide à domicile pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap
  • Y compris : les secrétaires médicales, les sapeurs-pompiers et les transporteurs sanitaires