Coronavirus : 162 Réunionnais privés d'études au Québec à la rentrée prochaine

société
Coronavirus : 162 étudiants réunionnais privés d'études au Québec à la rentrée prochaine
18 cégeps au Québec accueillent chaque année, des étudiants réunionnais ©Cégep de Rivière-du-Loup / CC BY-SA
Ils attendaient ce moment avec impatience mais la pandémie de COVID-19 les contraint à changer de plan. 162 Réunionnais ne pourront pas étudier à la rentrée dans les " cégeps " du Québec. Des établissements dans lesquels sont dispensés des formations professionnalisantes.
Selon le média, radio Canada, la Région réunion aurait suspendu son programme d'études avec les Cégep québequois, l'équivalent des IUT.
162 réunionnais étaient attendus sur place en août prochain pour y suivre trois années d'études qui débouchent souvent sur un emploi. Mais la pandémie de COVID-19 a bousculé leur plan.
 

Pas de collecte de données biométriques à Maurice


En effet, en raison de la fermeture des frontières, il est impossible pour les ces étudiants réunionnais de se rendre à l'île Maurice. Escale indispensable pour collecter leurs données biométriques afin d'entrer sur le sol canadien. Selon Radio Canada, cette démarche n'est pas réalisable à La Réunion. 

Face à ce constat, la Région Réunion aurait décidé de suspendre le programme, cette année.
Grosse désillusion pour les 162 Réunionnais qui avaient déjà réalisé leurs démarches pour s'installer au Québec. 
 

La fin d'un rêve 


Radio Canada est entrée en contact avec l'une de ces Réunionnaises qui avait décidé de poursuivre ses études en éducation spécialisée au Cégep de Beauce-Appalaches, au Québec. Pour Frédérique Damour, cette nouvelle est tombée comme un coup de massue et met fin à son rêve.
 

On a commencé à quitter nos logements ici, à réserver des logements sur place au Québec.
On a engagé des frais liés à tout ça. Déscolariser nos enfants pour ceux qui viennent avec leurs enfants, pour ceux qui ont leur famille qui les accompagne. Voilà. Tout ça, ce sont des projets qui tombent à l’eau. On n’y croit pas. C’est très triste - Frédérique Damour pour Radio Canada


Pour Frédérique Damour, il y aurait une solution à ce blocage. Les tests biométriques pourraient tout simplement être réalisés sur le sol canadien. " Ça serait l’idéal pour faire la collecte de données pour ensuite rejoindre notre quatorzaine et attendre tranquillement que tous les papiers d’immigration soient définitivement résolus ".
 

Au Québec, des voix s'élèvent 


Chaque année, 18 "cégeps", établissements de type IUT accueillent des centaines de jeunes réunionnais. 
Le directeur général des cégeps, Bernard Tremblay, a lui soumis une autre idée pour débloquer la situation. Le gouvernement fédéral " aurait pu faire preuve de flexibilité dans le contexte de la pandémie et aider ces Réunionnais. Prendre une personne du gouvernement canadien qui puisse se rendre à l’île de la Réunion pour faire passer des tests à ces étudiants-là qui sont quand même en nombre important, on parle de 162, aurait été pour nous une solution toute simple et gagnante " a-t-t-il confié à Radio Canada. 
Et de préciser que " le programme d’aide aux étudiants réunionnais en collaboration avec le Québec est unique ". Il espère que la Région Réunion reconduira le programme.
 

Les étudiants réunionnais ont décidé de ne pas rester les bras croiser et d'agir en sollicitant l'aide des députés canadiens. 

L'article de Radio Canada est à retrouver ici : 
L’île de la Réunion suspend son programme d'étude avec les cégeps québécois
Les Outre-mer en continu
Accéder au live