Coronavirus : à compter de ce lundi 3 mai, la vaccination devient accessible dès 50 ans sans condition

coronavirus
Vaccin Covid 19
©Réunion La 1ère

La Réunion a franchi le seuil des 100 000 vaccinations. La campagne vaccinale contre la Covid-19 va franchir une nouvelle étape, ce 3 mai, en devenant accessible aux personnes âgées de plus de 50 ans, sans condition.

La vaccination s’est mise en place à La Réunion de manière progressive depuis le 15 janvier dernier, et au fur et à mesure de l’arrivée des doses dans le département, essentiellement à destination d’un public prioritaire qui était ciblé. Si les résidents des 25 EHPAD de l’île ont ouvert la voie, d’autres ont suivi au fil des semaines comme le personnel du SDIS, celui des établissements de santé, les professionnels libéraux ou encore les aides à domicile.

Depuis le 25 janvier, la vaccination est ouverte aux personnes de plus de 75 ans, sans critère de santé spécifique. Et depuis le 3 mars, elle est accessible à toute personne âgée de 65 à 74 ans ayant au moins une pathologie qui les expose à un très haut risque face à la Covid-19. Au fil des semaines, l’Agence Régionale de Santé a ajusté le calendrier vaccinal soit en abaissant l’âge des personnes pouvant être vaccinées, avec ou sans comorbidités, soit en l’ouvrant à des catégories de personnes spécifiques comme les femmes enceintes, à partir du 2ème trimestre de grossesse, depuis le 6 avril.

Par ailleurs, les médecins et les pharmaciens sont désormais autorisés à vacciner, et plusieurs centres ont ouvert dans l’île pour permettre au plus grand nombre de recevoir l’injection.

100 000 vaccinations atteintes, objectif 200 000 à venir

Ainsi, cette semaine, le seuil des 100 000 personnes vaccinées à La Réunion a été atteint, ceci incluant l’administration de la 1ère et de la 2ème dose Pzifer. La campagne vaccinale va donc de nouveau s’accélérer  à compter de ce lundi 3 mai. Si l’objectif était d’atteindre les 120 000 personnes vaccinées d’ici fin mai, l’ARS table désormais sur les 200 000 vaccinations, en première injection, en permettant aux personnes âgées d’au moins 50 ans, et ne présentant facteurs de risque, de pouvoir être vaccinées.  

 

La Réunion, un territoire à part

Si depuis le vendredi 30 avril, la vaccination a aussi été étendue à tous les plus de 18 ans, quel que soit leur état de santé, en Guyane, en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Wallis-et-Futuna, elle commence même à 16 ans, sans critères de santé, à Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon, ce n’est pas le cas à la Réunion.

Dans le département, il faut présenter une pathologie considérée comme risque de forme sévère de Covid-19 pour pouvoir être vacciné dès 18 ans. Parmi les facteurs cités il y a l’obésité, les pathologies cardio-vasculaires, le diabète, l’insuffisance rénale chronique ou encore les maladies neurologiques.