Coronavirus : il n'est "pas raisonnable" d’imaginer voyager à l’étranger très vite, selon Edouard Philippe

coronavirus
Avion aile au dessus des Alpes
©Jean-Pierre Sartor (Réunion la 1ère)
Nous ne retrouverons pas notre vie d’avant le virus, pas tout de suite et pas avant longtemps " a déclaré hier soir Edouard Philippe. Après le 11 mai, pourra-t-on de nouveau voyager ? " Pas raisonnable ", a répondu le Premier ministre.
Dimanche soir, attendu sur la question du déconfinement, Edouard Philippe a indiqué ne pas avoir toutes les réponses sur l’après 11 mai, pour le moment. Le Premier ministre a évoqué les grands principes qui fonderont le plan qu’il doit présenter à la fin du mois.
 
Il a aussi fait part de ses doutes quant à certaines situations, comme celles de la reprise des mariages ou des voyages à l’étranger par exemple.

 

Les voyages à l'étranger déconseillés

 

" Est-ce qu’on peut réserver une maison ou une location, une place de camping ou un hôtel, au mois de juillet ou au mois d’août ? En France ou à l’étranger ? Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer de voyager loin à l’étranger très vite. "


Le Premier ministre ne dit pas non, mais ne dit pas oui non plus. En clair, les voyages à l’étranger durant la période "d’été" sont déconseillés. Des voyages à l’étranger certes, mais qu’en est-il de ceux vers la France hexagonale pour les ultramarins ? L’idée avait déjà été avancée par le secrétaire d’Etat aux transports, Baptiste Djebbari sur Franceinfo, le 7 avril dernier.  
 
Pour l’heure, il est donc déconseillé de réserver des vols vers l’étranger. Si les Français sont invités à passer leurs vacances en France hexagonale, rien n’a été précisé pour l’Outre-mer. Les vols actuellement opérés se limitent à l’Hexagone et sont strictement restreints aux personnes devant voyager pour nécessités impérieuses, aux rapatriements sanitaires et au fret.

 

La reprise du trafic aérien encore incertaine


Edouard Philippe n’a aucune certitude, pour l’heure, quant à la reprise du trafic aérien et aux règles d’entrée sur le territoire français, comme la quatorzaine qui est par exemple imposée à tout voyageur arrivant à La Réunion depuis le 31 mars.
 

" D’abord parce que je ne suis pas sûr que le transport aérien pourra reprendre dans de bonnes conditions rapidement, ensuite parce que je ne suis pas certain que les conditions d’entrée ou de ré-entrée sur le territoire national ne soient pas exigeantes, je suis même assez sûr que cela va être le cas, vis-à-vis de ceux qui arrivent de l’étranger et donc ça me semble, à ce stade, peut-être encore un peu déraisonnable. "


Un retour à un plan de vol normal n’est pas envisagé pour le 11 mai, puisqu’il est affiché, pour l’instant, à partir du 25 mai pour Air Austral, du 1er juin pour Air France et du 12 juin pour Corsair ou French Bee. Des dates qui restent cependant théoriques, puisque personne ne sait qui aura le droit de voyager et vers quelles destinations après le 11 mai.

 

Le dispositif de continuité territoriale assoupli


Quoiqu’il en soit, le président de Région confirme que tous les billets déjà achetés avec des bons de continuité territoriale pourront être utilisés jusqu’au 31 décembre 2021. Cela concerne à la fois les remboursements et les modalités d'utilisation des bons émis en 2020.
 
 

Il faudra encore attendre pour savoir


Si rien n’empêche de réserver un vol pour Paris ou l’étranger, attention depuis le début de la crise les compagnies aériennes proposent de reporter gratuitement les vols annulés ou de faire un avoir, rarement de les rembourser directement, même si la loi l’exige.

Les règles de restrictions de déplacements et de quatorzaine des voyageurs s’étant montrées plutôt efficaces, il est peu probable qu’elles soient levées au moment du déconfinement.

Le gouvernement devrait apporter des précisions à ce sujet à la fin du mois, lorsqu’il présentera son plan de déconfinement.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live