Coronavirus : l'hôpital Gabriel Martin réquisitionné pour les SDF

coronavirus saint-paul
Hopital GAbriel Martin, bât administratif
©Capture d'écran
L'ancien hôpital Gabriel Martin, à Saint-Paul, a rouvert ses portes, depuis ce lundi 6 avril, pour accueillir les personnes sans domicile fixe pendant toute la durée du confinement lié au Covid-19.
 
Il était attendu depuis des années, mais il aura fallu attendre cette crise sanitaire pour qu'un centre d'accueil pour les sans-abris soit ouvert à Saint-Paul. Alors certes, ce centre d’hébergement est temporaire, puisqu’il est sensé accueillir les personnes les plus fragiles pendant la période du confinement. Mais il est un refuge nécessaire et indispensable dans un contexte où tout un pays se mobilise pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. La préfecture a ainsi réquisitionné le bâtiment administratif de l'ancien hôpital Gabriel Martin, où 30 places sont disponibles dont certaines réservées aux femmes.
Lits picots pour SDF hôpital Gabriel Martin
©Jean-Claude Toihir
Objectif pour l’Etat : protéger au maximum l’ensemble de la population et assurer sa sécurité.


« Au-delà de la mise à l’abri, il est important également que les personnes sans domicile fixe puissent continuer à accéder à des points d’eau, des points d’hygiène corporelle, à s’alimenter et à pouvoir être hébergés afin de ne pas les laisser à la rue pour le cas où la maladie venait à se déclarer », explique la préfecture.


Un dispositif rendu possible grâce à l’engagement de différents partenaires, sous la houlette des services de l’Etat. Sur place, l’association Allon Déor coordonne les différentes interventions et assure l’accompagnement social du projet. La maison de l’amitié, située à proximité, organise la fourniture de repas dans ses locaux. Quant à la commune, elle a fourni les lits picots et a renforcé l’aide financière apportée à la maison de l’amitié avec son CCAS.

Durant cette période, un accompagnement social sera proposé à chaque sans-abri. L’idée étant de les aider sur le long terme avec au bout de la démarche une réinsertion professionnelle et un toit pour se mettre dessous, une fois le confinement passé.

(RE)Voir le reportage de Jean-Claude Toihir et Thierry Chenayer:
©reunion