Coronavirus : la répression des fraudes a lancé une enquête sur l’efficacité des gels hydroalcooliques

coronavirus
gels hydroalcooliques
Photo d'illustration. Les produits Baccide et Purell sur l'image sont conformes aux normes en vigueur. ©Indranie Pétiaye Réunion La 1ère

Les gels hydroalcooliques sont-ils efficaces ? Les solutions vendues sont-elles suffisamment alcoolisées pour détruire la Covid-19 ? La répression des fraudes a lancé, en novembre 2020, une enquête pour le déterminer.

Depuis l’apparition du Coronavirus en France au début 2020, les autorités n’ont eu de cesse de recommander l’usage des désinfectants hydroalcooliques pour lutter contre la propagation de l’épidémie. Une recommandation sanitaire qui a impliqué, alors, une forte augmentation de la demande pour ce type de produit d’hygiène des mains. Afin de prévenir toute pénurie, le gouvernement a facilité, grâce à l’arrêté du 13 mars 2020, un approvisionnement plus large en substances actives, au-delà des sources listées par l’agence européenne des produits chimiques.

Toutefois, certains gels et solutions mis sur le marché français ne correspondent pas aux critères d’efficacité requise. Une enquête a ainsi été lancée.

73% des produits analysés déclarés non conformes

 

En novembre 2020, la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes, administration en charge de la protection des consommateurs, a lancé une enquête pour s’assurer de l’efficacité et de la sécurité des solutions et gels hydroalcooliques vendus sur le marché français.

La DGCCRF avait, en particulier, dans son viseur la concentration en alcool des produits, se basant en effet sur un avis de l’Ances, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, datant du 8 juin 2020. Dans sa publication, l’Anses a estimé que « les gels et solutions hydroalcooliques contenant au moins 60% d’alcool sont efficaces contre les virus enveloppés dont font partie les coronavirus. »

Ainsi, « un produit portant sur l’étiquette la mention « virucide » selon la norme EN 14476, ou la mention « solution hydro-alcoolique recommandée par l’Organisation mondiale de la santé pour l’antisepsie des mains » ou « Gel hydro-alcoolique pour l’antisepsie des mains – arrêté dérogatoire » est a priori efficace contre le coronavirus » précise l’Anses.

gel hydroalcoolique recommandation
©Indranie Pétiaye Réunion La 1ère

 

En novembre 2020, la répression des fraudes a effectué plus de 180 prélèvements ciblés de solutions et gels hydroalcooliques parmi lesquels 73% des produits analysés alors (soit 162 prélèvements) ont été déclarés :

  • soit non conformes : 38%
  • soit non conformes et dangereux : 35%

Plus précisément :

  • 21 produits sur 162 ont présenté une teneur en alcool insuffisante et ont été déclarés non conformes et dangereux
  • 36 produits, pour lesquels la teneur en alcool était suffisante, ont été déclarés non conformes et dangereux en raison d’un étiquetage minimisant les dangers du produit notamment l’inflammabilité
  • 61 produits ont été reconnus non conformes du fait d’un étiquetage incomplet ou incorrect

Les produits identifiés ont fait l’objet de retrait et/ou rappel. Les avis sont publiés sur le site de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Les produits Baccide et Purell sur l'image en titre sont conformes aux normes en vigueur. 

Le reportage de Michelle Bertil et Thierry Chenayer

La répression des fraudes vient de mener une enquête sur les gels hydroalcoolique. Les produits vendus à La Réunion sont-ils suffisamment alcoolisés pour détruire le Covid-19

 

Comment ne pas se tromper ?

 

La DGCCRF livre ainsi, dans cette étude, quelques conseils pratiques aux consommateurs pour qu’ils n’achètent pas des produits non conformes et/ou dangereux. Ainsi,

  • seules les solutions ou gels hydroalcooliques ayant une teneur en alcool (éthanol, propan-1-ol ou propan-2-ol), exprimée en volume, d’au moins 60 % ou répondant à la norme EN 14476  sont efficaces en matière de désinfection. En effet, pour pouvoir se réclamer d’un effet contre une catégorie de microorganismes (virus, bactéries, champignons…), les produits doivent passer des tests standardisés sur des souches modèles. Un produit bactéricide n’a pas pour vocation d’être efficace sur les virus. L’efficacité des produits virucides est encadrée par la norme européenne EN 14476.
  • le nom de l’alcool utilisé dans le produit ainsi que sa concentration doivent être précisés sur l’étiquetage du produit
  • les gels et solutions hydroalcooliques sont des produits chimiques (on parle de produits biocides) contenant des substances actives destinées à détruire virus et bactéries, dont l’usage nécessite de suivre certaines précautions pour éviter tout danger. En particulier, l’alcool est un produit facilement inflammable. Ces dangers et les précautions d’emploi à suivre pour les utiliser en toute sécurité doivent être indiqués sur l’étiquette.

Des conseils d’utilisation sont aussi prodigués, notamment à destination des enfants :

  • ne pas laisser les jeunes enfants utiliser ou jouer avec les distributeurs de solutions/gels hydroalcooliques : il y a un risque que la solution ou le gel hydro-alcoolique soit projeté directement dans l’œil de l’enfant ;
  • à l’accompagnateur de prendre lui-même la solution ou le gel hydro-alcoolique dans la paume de sa main et l’appliquer sur les mains de l’enfant ;
  • en cas de projection dans l’œil, rincer immédiatement l’œil pendant une quinzaine de minutes sous un filet d’eau (robinet du lavabo, bouteille d’eau minérale, gourde d’eau…) : le retard au rinçage est très préjudiciable et en cause dans les lésions sévères ;
  • après le rinçage, si l’enfant présente une douleur vive, consulter un ophtalmologue ou appeler un centre antipoison qui guidera la prise en charge. La solution hydro-alcoolique pouvant avoir un « effet anesthésiant », la douleur peut s’estomper au bout de quelques heures alors même qu’il y a des lésions oculaires importantes.

Lavage des mains à l’eau et au savon ou gel hydroalcoolique ?

 

Les gels et solutions hydroalcooliques utilisés pour l’hygiène des mains sont des produits désinfectants destinés à éliminer les bactéries ou les virus de la peau saine. Pour autant, précise l’Anses, le savon a un rôle nettoyant et enlève l’ensemble des matières organiques, vivantes ou mortes, y compris donc, les bactéries et virus. Une solution ou un gel hydroalcoolique ne lave pas, elle ne fait que désinfecter.

Lorsque cela est possible, il est donc recommandé de se laver les mains avec du savon et de l’eau, plutôt que d’utiliser une solution ou un gel hydroalcoolique.