Coronavirus : la reprise du BTP, très attendue, ne semble pas encore venue

btp
Chantier école
©Willy Fontaine
Si le gouvernement et les organisations patronales, le président de R2gion également, poussent pour une reprise des chantiers, les syndicats des salariés du BTP n’y sont toujours pas favorables. Le guide des bonnes pratiques sanitaires n’est pas satisfaisant selon eux.
Depuis plusieurs semaines, la question fait débat : quand le BTP va-t-il reprendre ? Un accord autour des conditions de protection est indispensable. Pour les définir, un organisme a été mandaté après accord des organisations syndicales et patronales.

L’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics vient de produire un guide de bonnes pratiques sanitaires. Une reprise progressive pourrait donc être envisagée dès aujourd’hui, lundi 20 avril. Mais pour plusieurs syndicats, les conditions ne sont pas réunies.

 

Les syndicats veulent des garanties

Jean-Pierre Rivière, le secrétaire général de la CFDT, ne conçoit pas qu’une petite entreprise puisse reprendre le travail sans masque ni gel hydro-alcoolique. Selon lui, les employeurs ont conscience qu’il leur incombe d’assurer les conditions de sécurité pour leurs salariés et que si un problème devait arriver, leur responsabilité serait engagée.

Un accord a été trouvé entre organisations syndicales et patronales, et annoncé le 22 mars dernier, pour convenir de la rédaction de ce guide des bonnes pratiques sanitaires. C’est désormais chose faite depuis le début du mois d’avril, pourtant certaines préconisations manquent encore, selon le syndicaliste.
 

Guide des bonnes pratiques sanitaires du BTP


 

Un guide incomplet ?

Pour Jean-Pierre Rivière, quelle alternative est par exemple recommandée quand un employeur n’a pas accès à des masques chirurgicaux ? Même son de cloche pour FO BTP. Son secrétaire général, Jean-René Esther, on ne plaisante pas avec la prévention.
 

" FO BTP ne sera pas complice du pire ", ajoute-t-il.



De plus, Jean-Pierre Rivière estime que si les grosses entreprises du BTP venaient à reprendre, car équipées en matériels de protection, cela constituerait une concurrence déloyale par rapport aux petites entreprises n’en bénéficiant pas et donc contrainte de maintenir leurs salariés en chômage partiel.

 

Gouvernement et patrons poussent pour la reprise

La pression est forte pour le secteur du BTP. La reprise des chantiers est espérée par beaucoup, le ministère de l’Intérieur lui-même a appelé peu après le début du confinement à poursuivre le travail sur les chantiers. Pourtant, les mesures de protection des salariés ne semblent pas suffisantes, voire pas applicables, selon les fédérations et organisations syndicales.

L’intersyndicale des salariés du BTP demandait la mise en place de mesures de protection et d’un guichet unique d’approvisionnement de matériels de protection début avril, après une réunion avec l’ensemble des acteurs du BTP et la Direction du Travail.
 
Le patronat pousse, et il n’est pas le seul. La semaine dernière, le président de Région, Didier Robert évoquait déjà une reprise rapide du chantier de la Nouvelle Route du Littoral. Les acteurs de la filière BTP étaient encore réunis en préfecture pour échanger sur le sujet au cours de la semaine dernière.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live